Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Deux minutes pour comprendre : l'hôpital de Châtellerault a un service pour les personnes handicapées

lundi 10 décembre 2018 à 3:01 Par William Giraud, France Bleu Poitou

Aller chez le dentiste, le gynéco ou l'ophtalmo... Cela paraît assez banal comme démarche. Sauf quand vous êtes en fauteuil roulant. Depuis sept ans, les patients en situation de handicap dans la Vienne peuvent aller à l'hôpital de Châtellerault qui a créé un service qui leur est entièrement dédié.

L'hôpital de Châtellerault.
L'hôpital de Châtellerault. -

Châtellerault, France

Un service pour des patients handicapées. L'hôpital Camille-Guérin est le premier établissement public de France à avoir mis en place une telle unité. L'an passé, un millier de personnes y a reçu des soins. Patients en fauteuil, souffrant de handicap sensoriel ou mental, tous ont leur place ici. Le service possède son propre médecin généraliste et, chose assez unique, il reçoit la visite de spécialistes venus des quatre coins du département. Ces derniers se relaient à tour de rôle pour assurer les soins.

Des dentistes qui s'adaptent

Les dentistes disposent de leur propre salle avec un fauteuil adapté sur roulettes qui se règle en hauteur et en longueur. Jusqu'ici, les personnes handicapées étaient souvent prises en charge sur une table d'opération, même pour soigner une simple carie ou poser une couronne. Des patients qu'il faut souvent endormir, même pour un soin simple. Ici, les chirurgiens ont donc recours à des anesthésies générales sans intubation, d'une durée d'environ vingt minutes. Pour le confort de la personne.

Un label de l'état demandé

Désormais, les professionnels de santé qui travaillent dans l'unité veulent aller plus loin. Ils viennent de demander à la secrétaire d'état en charge du handicap de labelliser le service et de lancer une grande expérimentation nationale. Ils espèrent bien que leur modèle sera repris ailleurs.