Santé – Sciences

Diagnostiquer un cancer en quelques heures, c'est la prouesse d'un laboratoire creusois qui cherche des fonds

Par Sarah Vildeuil, France Bleu Creuse et France Bleu lundi 13 novembre 2017 à 19:04

La laboratoire Carcidiag est à Guéret depuis janvier 2017
La laboratoire Carcidiag est à Guéret depuis janvier 2017 © Radio France - Sarah Vildeuil

Les scientifiques de Carcidiag ont mis au point une technique qui permet de diagnostiquer des cancers au bout de cinq heures. Mais pour se développer, l'entreprise creusoise a besoin d'argent. Elle lance une campagne de financement participatif.

C'est derrière la porte d'une salle d'incubation que le travail commence. Corinne Besse est ingénieur de recherche: "là, ça nous permet de multiplier les cellules, et des cellules cancéreuses et des cellules souches cancéreuses qui sont justement le but de l'étude."

La salle d'incubation du laboratoire Carcidiag à Guéret - Radio France
La salle d'incubation du laboratoire Carcidiag à Guéret © Radio France - Sarah Vildeuil

Le laboratoire Carcidiag a créé un kit pour repérer ces cellules, responsables des cancers. Le résultat est disponible au bout de cinq heures alors que la procédure standard s'étale sur plusieurs semaines, voire plusieurs mois. "Aujourd'hui nous avons développé un kit qui permet de mettre en évidence ces cellules souches cancéreuses dans les cancers colorectaux", précise Vincent Carré, co-fondateur de l'entreprise. "On travaille actuellement sur des kits diagnostics qui devraient être disponibles d'ici une année environ sur le cancer du sein et le cancer du poumon. Et d'ici un an et demi à deux ans, on aura également des tests disponibles pour les cancers gynécologiques et les cancers ORL."

De la Creuse au Japon

Mais pour développer ses projets, le laboratoire creusois a besoin d'argent. Les aides de la Région ou les prêts ne suffisent pas. D'où le recours au financement participatif. "Cet outil va nous permettre de toucher deux types de public, explique Christian Laurance, un des fondateurs, les investisseurs dit traditionnels et la population qui peut être en l’occurrence creusoise, et qui peut participer à hauteur de 100 euros. C'est le ticket d'entrée. C'est une manière de valoriser l'épargne locale."

La campagne a commencé depuis deux semaines. Vous avez jusqu'à la fin du mois du prochain si vous voulez devenir actionnaire de l'entreprise. Le laboratoire voudrait d'abord commercialiser en France. Il vise ensuite l'Europe, l'Amérique du Nord, et même le Japon. "Souvent ce qu'on se dit avec l'équipe de Carcidiag, c'est qu'il n'y a pas de fatalité des territoires, qu'on peut à partir de la Creuse créer une entreprise de biotech, sourit Christian Laurance. On va quand même garder les pieds sur Terre, on n'a pas escaladé la montagne. Mais on est prêt à l'escalader et on est en train de l'escalader."

De gauche à droite: Vincent Carré, Corinne Besse et Christian Laurance, de Carcidiag  - Radio France
De gauche à droite: Vincent Carré, Corinne Besse et Christian Laurance, de Carcidiag © Radio France - Sarah Vildeuil

Avec cette campagne de financement, l'entreprise espère obtenir au moins 500.000 euros. Créée en janvier, elle a déjà été récompensée par deux distinctions scientifiques. Elle saura d'ici fin décembre si elle a séduit les Creusois.