Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Difficultés de recrutement à l'AP-HP : 900 lits fermés faute de personnel

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Faute de personnel, sur les 20.000 lits que comptent l'Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, 900 sont fermés. Des difficultés de recrutement particulièrement marquées en Île-de-France selon le directeur général de l'AP-HP, Martin Hirsch.

900 lits sont actuellement fermés à l'Assistance Publique Hôpitaux de Paris
900 lits sont actuellement fermés à l'Assistance Publique Hôpitaux de Paris © Radio France - Thomas Pontillon

Les difficultés de recrutement sont particulièrement marquées et concentrées sur certains métiers et liées à des questions indéniables de rémunération, accentuées en Île-de-France. Le constat est clair, il est dressé par Martin Hirsh, le directeur général de l'AP-HP. Selon lui, les "attraits du grand CHU" ne viennent plus assez contrebalancer le fossé de rémunération entre privé et public.

Et de marteler : "Il y a un problème de rémunération en France, et il y a un problème encore plus criant en Île-de-France. Avec une reconnaissance insuffisante pour ceux qui travaillent à l'AP-HP" notamment les infirmières qui compte 400 postes vacants. Difficile aussi de garder le personnel qui préfère chercher ailleurs un plus gros salaire. 

Résultat donc des postes budgétés mais non pourvu : 900 lits sont actuellement fermés à l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP). 

Certains syndicats à l'origine du mouvement des urgences qui touche plus de 260 services depuis près de sept mois réclament embauches et réouvertures de lits. Martin Hirsh vise, lui, des améliorations salariales à court terme de 10 à 20% pour "10 ou 20% des agents", via par exemple des primes prévues pour les personnels des urgences. Les grévistes réclament de leur côté des hausses de salaires générales de 300 euros par mois. 

Dans une interview aux Echos parue mercredi, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a exprimé son souhait de "travailler sur les débuts de carrière" à l'hôpital public, promettant un "chantier spécifique sur l’Île-de-France où le problème du pouvoir d'achat est particulièrement criant".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess