Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Dijon : il faut attendre quinze jours en moyenne pour obtenir un rendez-vous chez l'ophtalmo

-
Par , France Bleu Bourgogne

Les ophtalmologistes de France sont réunis en ce moment en congrès à Paris. Au menu de ce rendez-vous : des discussions pour essayer de réduire les délais d'attente pour obtenir un rendez-vous. En Bourgogne, ces délais sont globalement plus courts que la moyenne nationale.

photo d'illustration
photo d'illustration © Maxppp - Lionel Vadam

Bourgogne, France

Les délais pour obtenir un rendez-vous chez l'ophtalmo sont de plus en plus courts. Alors qu'il fallait attendre jusqu'à 60 jours il y a trois ans, ce délai est désormais d'une quarantaine de jours au niveau national. Et d'après Michel Perez, ophtalmo à Dijon depuis 31 ans : "à Dijon, le délai moyen pour une consultation classique est de 15 jours, et pour une urgence, c'est passé de 20 à 10 jours."  

Ca s'explique en partie par le fait qu'il y a de plus en plus d'ophtalmo qui s'installent à Dijon et de manière générale dans les villes universitaires qui sont plus attractives. Les délais restent encore longs dans les zones rurales.  

Le travail aidé, une solution pour réduire les délais 

Alors que 7 français sur 10 portent actuellement des lunettes ou des lentilles, la nécessité de raccourcir les délais pour répondre à la demande de soins se fait pressante. Pour Michel Perez, le "travail aidé" qu'il a mis en place dans son cabinet est l'une des solutions.  "Au lieu de voir directement l'ophtalmologiste, le patient est d'abord examiné par une orthoptiste ou une infirmière, ou un opticien qui vont réaliser les premiers examens. Le patient et son dossier numérique sont ensuite transférés dans le bureau de l'ophtalmologiste. Ca permet d'avoir un flux de patients plus important et donc de diminuer les délais." 63% des ophtalmologistes ont mis en place le travail aidé en France, contre seulement 15% en 2009. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu