Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

A Dijon, la répression des fraudes contrôle les produits de Noël pour un réveillon sans mauvaise surprise

jeudi 24 décembre 2015 à 17:53 Par Marion Bastit, France Bleu Bourgogne

En période de fêtes, la répression des fraudes renforce ses contrôles sur les étals des marchés. Dans le viseur, les produits du réveillon, fruits de mer et foie gras en tête. L'objectif est double : lutter contre les intoxications, mais aussi contre les arnaques. Reportage dans les halles de Dijon.

"En-dessous de 5°, le cervelas se conserve bien", assure Christine Juan.
"En-dessous de 5°, le cervelas se conserve bien", assure Christine Juan. © Radio France - Marion Bastit

Dijon, France

Au menu de votre réveillon de Noël, on trouve peut-être des huîtres, du saumon, du foie gras ou encore de la dinde. Autant de produits qui doivent absolument être frais, sinon, c'est l'intoxication garantie. Et pour éviter ça, la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) – plus connue sous le nom de répression des fraudes – renforce ses contrôles en période de fêtes.

Cette étiquette atteste de la provenance et de la date de pêche des huîtres. - Radio France
Cette étiquette atteste de la provenance et de la date de pêche des huîtres. © Radio France - Marion Bastit

Ses agents inspectent les étals des marchés pour vérifier la date de péremption des produits, la température des vitrines ou encore la propreté des étals. Armée d'un thermomètre, Christine Juan, contrôleuse, s'assure que les étals de fruits de mer restent en-dessous de 2 °. « Le plus dangereux, ce sont les moules qui s'ouvrent, et qui se contaminent très vite, et les crevettes, qui peuvent devenir toxiques », explique-t-elle.

On a suivi le contrôle d'un étal des halles de Dijon avec Christine Juan

En plus de l'aspect sanitaire, elle regarde aussi l'étiquetage des produits, où doivent figurer la provenance et le prix au kilo, ainsi que le réglage des balances,  pour éviter que les clients se fassent avoir. Les exemples d'étiquetage mensonger sont légion. _« Par exemple, on attire le client avec une croûte forestière aux morilles, mais il n'y a pas de morilles dans la préparation, où il y en a très peu, raconte-t-elle. Ou des terrines truffées où il n'y a qu'1 % de truffe, alors qu'il en faut 3 % pour qu'on puisse utiliser l'adjectif ''truffé''. Ou alors du saumon dit ''sauvage'', alors qu'en fait c'est du saumon d'élevage. »_

"Le plus fréquent, ce sont les étiquetages mensongers" Christine Juan

Chaque année à Noël, la DDPP contrôle les produits alimentaires, mais aussi les guirlandes et les jouets électriques. En 2014 en Côte-d'or, sur 131 contrôles, ils ont repéré 19 % d'anomalies, allant d'une erreur d'étiquetage à une date de péremption dépassée. Selon le degré de gravité, elles ont donné lieu à un avertissement, une injonction de régler le problème dans un délai donné, ou un procès-verbal.

Retrouvez tous les conseils de la répression des fraudes ICI.