Santé – Sciences

À Dijon, les urgences s’organisent face à l'épidémie de grippe

Par Marion Bastit, France Bleu Bourgogne lundi 23 février 2015 à 7:00

L'épidémie de grippe se poursuit - illustration
L'épidémie de grippe se poursuit - illustration © MaxPPP

C’est la plus grosse épidémie de grippe depuis quatre ans en Bourgogne. Les urgences du CHU de Dijon n'avaient pas été aussi débordées depuis la canicule de 2003. Jeudi, l'hôpital a ouvert dix lits supplémentaires pour faire face.

Depuis un mois, une épidémie de grippe particulièrement virulente frappe la France. Elle a déjà fait 72 morts au niveau national, huit en Bourgogne . À Dijon , en Côte-d'Or, les urgences du CHU sont débordées.

"On est habitués à voir des files d’attente aux urgences, mais il y a un moment où il faut savoir tirer la sonnette d’alarme, parce qu’on prend des risques" , raconte le professeur Didier Honnart, le chef des urgences du Chu de Dijon. "Les patients ont des délais tout à fait déraisonnables. Imaginez une personne âgée de 85 ans qui passe 24 heures, voire 36 heures, sur un brancard dans un couloir des urgences. Ce n’est pas très satisfaisant".

Didier Honnart : "A un moment, il faut tirer la sonnette d'alarme car on prend des risques"

Une crise comparable à la canicule de 2003

L’un des problèmes, selon lui, c’est que les maisons de retraite envoient leurs pensionnaires grippés aux urgences, alors qu’elles pourraient les prendre en charge elles-mêmes. "On les perfuse, on leur met de l’oxygène, on leur fait des prises de sang, on leur met des antibiotiques, explique-t-il. Ce sont des choses qui ne sont pas extraordinaires, et qui peuvent être faites dans une maison de retraite".

"Une personne âgée de 85 ans qui passe 24 heures, voire 36 heures, sur un brancard dans un couloir des urgences, ce n’est pas très satisfaisant." Le professeur Didier Honnart, chef des urgences du CHU de Dijon

Selon lui, les urgences n’avaient pas été aussi encombrées depuis la canicule de 2003. Pour faire face, le CHU de Dijon a réquisitionné le 5ème étage de l’hôpital pour enfants, au lendemain du déménagement du service. Jeudi matin, l’hôpital a ouvert dix lits supplémentaires pour désengorger les urgences.

Dix lits ouverts en 24 heures

"La direction a réagi très vite, raconte-t-il. Le service était libre de la veille, on a remis des lits dedans. On a trouvé des médecins du service de médecine interne, qui sont très impliqués dans la prise en charge des patients, des infirmières volontaires, et des aide-soignantes. Le service a été monté en moins de 24 heures".

Selon les médecins du Grog, le Groupe régional d'observation de la grippe, l'épidémie approche de son pic en Bourgogne. Les vacances scolaires, qui ont débuté vendredi soir, devraient permettre de limiter la propagation du virus. En effet, les enfants sont les principaux vecteurs de la grippe.

Le CHU de Dijon s'organise face à la grippe, un reportage de Thomas Nougaillon

La grippe est partout (ou presque) -  La carte de l’épidémie en France   - Aucun(e)
La grippe est partout (ou presque) - La carte de l’épidémie en France