Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Dioxyde de titane : l’additif E171 sera interdit dans les denrées alimentaires en France à partir du 1er janvier 2020

mercredi 17 avril 2019 à 17:31 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Le gouvernement a décidé d'interdire "par précaution" la mise sur le marché français des denrées alimentaires contenant du dioxyde de titane (E171). Cet additif présent dans les bonbons, gâteaux, médicaments ou cosmétiques est controversé pour ses effets suspectés sur la santé.

Le dioxyde de titane sera interdit dans les denrées alimentaires à partir du 1er janvier 2020
Le dioxyde de titane sera interdit dans les denrées alimentaires à partir du 1er janvier 2020 © Maxppp - Jean-François FREY

On en trouve dans les bonbons, les gâteaux, les tablettes de chocolat ou encore des cosmétiques ou des médicaments. Utilisé principalement comme colorant pour blanchir ou intensifier la brillance des produits alimentaires, le dioxyde de titane - signalé par le sigle E171 ou TiO2 sur les étiquettes - sera interdit dans les denrées alimentaires dès le 1er janvier 2020. L'arrêté a été signé et sera publié dans "les meilleurs délais", précise un communiqué. Il sera notifié à l'Union européenne car le dioxyde de titane bénéficie d'une autorisation délivrée au niveau de l'UE.

Cette décision, prise par les ministères de l'Écologie et de l'Économie, est conforme aux recommandations de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (ANSES). L'agence n'a pu lever les incertitudes sur l'innocuité de cette substance. Cet additif contient des nanoparticules d'une taille inférieure à 100 nanomètres facilitant leur pénétration dans l'organisme, ce qui soulève depuis plusieurs années l'inquiétude des associations de défense des consommateurs et de l'environnement.

La secrétaire d'Etat à la Transition écologique Brune Poirson avait annoncé la suspension de l'utilisation de l'E171 dans les produits alimentaires d'ici fin 2018. La disposition a été reprise dans la loi alimentation promulguée en novembre.