Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : reconfinement, couvre-feu, AstraZeneca, ce qu'il faut retenir des annonces du gouvernement

-
Par , , France Bleu

Le Premier ministre Jean Castex et le ministre de la Santé Olivier Véran ont annoncé un nouveau confinement pour 16 départements, dont l'Ile-de-France et les Hauts-de-France. Dans le reste du pays, le couvre-feu est repoussé à 19h. Voici ce qu'il faut retenir des annonces du gouvernement.

Le Premier ministre a annoncé un nouveau confinement pour 16 départements à compter de ce week-end et pour une durée de quatre semaines
Le Premier ministre a annoncé un nouveau confinement pour 16 départements à compter de ce week-end et pour une durée de quatre semaines © AFP - Martin Bureau

Après le conseil de défense sanitaire d'hier, le Premier ministre Jean Castex et le ministre de la Santé Olivier Véran ont fait le point ce jeudi sur la situation sanitaire en France. 16 départements sont concernés par la mise en place d'un nouveau confinement avec application dès vendredi soir minuit. Le couvre-feu a été repoussé de 18h à 19h sur l'ensemble du territoire. Le gouvernement a également annoncé que la vaccination AstraZeneca, suspendue depuis lundi en raison de craintes liées à des effets secondaires, reprendrait dès vendredi. 

L'ESSENTIEL 

"La progression de l'épidémie s'accélère nettement"

Le Premier ministre Jean Castex a déclaré : "la progression de l'épidémie s'accélère nettement". Il a expliqué que le nombre de cas a augmenté de 23,6% en une semaine. Cela "s'apparente de plus en plus clairement à une troisième vague, alors même que nous approchons du chiffre terrible des 100.000 morts", a souligné le chef du gouvernement. "Nous en connaissons la cause, l'arrivée du variant britannique" qui est "plus contagieux" mais aussi "plus virulent". 38.000 nouveaux cas de Covid-19 ont été détectés mercredi, 35.000 ce jeudi. 

Le Premier ministre a insisté sur le niveau élevé de la pression hospitalière en Ile-de-France et dans les Hauts-de-France. Le "pic atteint lors de la deuxième vague a été dépassé". "Nous avons encore augmenté nos capacités d'accueil en réanimation" mais la situation exige de nouvelles "mesures de freinage massives". 

16 départements concernés par un reconfinement 

16 départements sont concernés par un nouveau confinement, appliqué dès vendredi soir minuit et pour une durée de quatre semaines. Il s'agit des 8 départements d'Ile-de-France, des 5 départements des Hauts-de-France, la Seine-Maritime, l'Eure et les Alpes-Maritimes

La carte des 16 départements concernés par le confinement
La carte des 16 départements concernés par le confinement © Visactu

Sont ainsi concernés 21 millions d'habitants, dont les 12 millions de la région parisienne, de loin la plus densément peuplée et le poumon économique du pays. Ces mesures sont prises pour "au moins 4 semaines" et pourront être étendues "à d'autres parties du territoire" en cas de dégradation de la situation sanitaire, a précisé Jean Castex. 

Les écoles restent ouvertes

Comme prévu, le gouvernement a décidé que les écoles resteraient ouvertes normalement. Exceptés pour les lycées qui basculeront tous en "demi-jauge" dans les 16 départements concernés. 

En revanche, l'éducation physique et sportive pourra reprendre "normalement", précise Jean Castex. "Pour tenir compte des besoins des élèves, nous assouplirons (...) les conditions dans lesquelles l'activité sportive des mineurs pourra être pratiquée : l'éducation physique et sportive, sur le temps scolaire pourra reprendre et les activités sportives et extra-scolaires en plein air des mineurs seront maintenues" a dit le chef du gouvernement.

Sorties possibles, sans limitation de durée, mais avec attestation

Concrètement, il sera possible de sortir de chez soi pour s'aérer, sans condition de durée, mais avec une attestation dans un rayon de "10km autour de chez soi". Pour les habitants des territoires concernés par ces nouvelles restrictions, les déplacement interrégionaux seront "interdits", sauf motifs impérieux ou professionnels. "Il sera possible de sortir de chez soi pour se promener, s'aérer ou faire du sport, en journée sans aucun limitation de durée" a précisé Jean Castex. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Couvre-feu repoussé à 19h sur l'ensemble du territoire

En métropole, le couvre-feu sera repoussé de 18h à 19h à compter de ce samedi, notamment pour tenir compte du passage à l'heure d'été. "Cet ajustement (...) concernera tous les départements et pas seulement ceux soumis aux mesures annoncées". 

Commerces non-essentiels fermés 

Le Premier ministre a annoncé que les commerces et rayons de grandes surfaces ne rentrant pas dans la liste de ceux "vendant des biens et des services de première nécessité" fermeront leurs portes dans les 16 départements concernés par le reconfinement à partir de ce week-end. "Par souci d'équité, les restrictions de vente s'appliqueront aux mêmes produits qu'ils soient vendus dans un rayon de grande surface, un commerce spécialisé ou un petit commerce de centre-ville" a-t-il ajouté.

Dans un hypermarché, certains rayons considérés comme essentiels resteront ouverts, mais ceux vendant des produits non-essentiels ne seront plus accessibles. Il s'agit donc du même dispositif qu'au deuxième confinement à l'automne 2020 avec une différence importante : librairies et disquaires pourront rester ouverts, étant désormais catégorisés comme de "première nécessité". 

"Au moins quatre jours de télétravail par semaine"

Le Premier ministre a réitéré son appel "à toutes les entreprises" qui le peuvent de pousser "au maximum" le télétravail pour le mettre en place "au moins quatre jours sur cinq". Jean Castex a fixé cet objectif pour qui "reconnaissons-le, beaucoup d'entreprises en sont encore loin aujourd'hui". Selon une étude réalisée par l'Institut Pasteur et citée par Jean Castex, les contaminations au travail représentent 29% des cas identifiés de Covid-19. 

Cette même étude montre que la fréquentation des transports en commun serait moins à risque que le covoiturage, a précisé le chef du gouvernement, rappelant "à tous ceux qui le pratiquent l'absolue nécessité de respecter les gestes barrières". 

"Cela plaide pour que les salariés qui ont le moindre symptôme de la maladie ne se rendent pas au travail. Cela peut sembler évident (...) mais ce n'est pas toujours le cas", a-t-il encore dit, précisant que selon l'étude Pasteur près de la moitié des contaminations en milieu professionnel sont causées par des personnes qui sont venues travailler alors qu'elles étaient déjà symptomatiques. 

Estimant que "le moment des repas sur les lieux de travail" est particulièrement à risque, Jean Castex a également demandé la mise en place "d'ici le début de la semaine prochaine" d'un "protocole significativement renforcé pour la restauration collective en entreprises". Ce protocole devra être élaboré par la ministre du Travail et la ministre de la Fonction publique en concertation avec les partenaires sociaux, a-t-il précisé. 

Reprise de la vaccination avec AstraZeneca dès vendredi

La vaccination avec AstraZeneca reprendra dès ce vendredi en France a annoncé Jean Castex. Le gouvernement attendait les conclusions du régulateur européen, qui plus tôt ce jeudi a annoncé que le vaccin était "sûr et efficace". Vendredi matin, la Haute autorité de santé "actualisera sa recommandation s'agissant du vaccin AstraZeneca, afin que nous puissions reprendre immédiatement dans la foulée, dès demain après-midi, la campagne de vaccination" a déclaré le Premier ministre, précisant qu'il se ferait lui-même vacciner dès vendredi. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

L'agence "dit très clairement que l'efficacité démontrée du vaccin AstraZeneca dans la prévention des hospitalisations et des décès liés au Covid l'emporte largement sur la probabilité extrêmement faible de développer (des) effets secondaires", a fait valoir le Premier ministre. 

"Pas question de perdre des doses" si certains les refusent, elles seront réallouées à d'autres, a-t-il précisé.

Objectif de 10 millions de vaccinés à la mi-avril

Grâce à la reprise des vaccinations avec AstraZeneca "et aux livraisons qui arrivent, nous tiendrons les objectifs que nous nous sommes fixés", a assuré Jean Castex. "Nous voulons avoir vacciné, d'ici la mi-avril, au moins 10 millions de personnes, soit la totalité des personnes vulnérables volontaires aujourd'hui éligibles à la vaccination : tous les plus de 75 ans et, parmi les personnes de plus de 50 ans, celles qui présentent un facteur de risque", a précisé Jean Castex. 

L'objectif est aussi d'avoir vacciné "d'ici mi-mai au moins 20 millions de personnes, soit la totalité de la population volontaire de plus de 50 ans" et "d'ici mi-juin, 30 millions de personnes, soit les deux tiers de la population de plus de 18 ans volontaires". 

Malgré cette suspension du vaccin AstraZeneca, la campagne vaccinale a continué de progresser : 5.748.698 personnes ont reçu au moins une injection et 2.393.568 ont eu leurs deux doses, selon la Direction générale de la Santé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess