Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Restrictions dans 23 départements, vaccination : ce qu’il faut retenir des annonces de Jean Castex

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Le Premier ministre Jean Castex a fait un nouveau point sur la situation sanitaire ce jeudi. Les restrictions sanitaires sont renforcées dans 23 départements placés en "surveillance renforcée". Le confinement le week-end est étendu au Pas-de-Calais.

Conférence de presse sur la situation sanitaire Covid-19 en présence du Premier ministre Jean Castex et du ministre de la Santé Olivier Véran, le 25 février 2021.
Conférence de presse sur la situation sanitaire Covid-19 en présence du Premier ministre Jean Castex et du ministre de la Santé Olivier Véran, le 25 février 2021. © AFP - STEPHANE DE SAKUTIN / POOL

Le Premier ministre Jean Castex a fait le point sur la situation sanitaire ce jeudi. 23 départements sont désormais placés en "surveillance renforcée" et les restrictions sanitaires renforcées.  Le confinement territorial les samedis et dimanches, à l'image de ce qui a déjà été décidé dans les Alpes-Maritimes et à Dunkerque, est étendu au Pas-de-Calais. Le couvre-feu est en vigueur dans tout l'Hexagone depuis la mi-janvier et les lieux culturels, les bars et les restaurants, sont fermés depuis quatre mois.

Le chef du gouvernement a également annoncé une accélération de la vaccination. Les personnes de plus de 50 ans présentant une comorbidité pourront se faire vacciner chez un pharmacien à compter de la semaine du 15 mars. Par ailleurs,135.000 nouvelles doses seront allouées "d’ici ce soir" dans les départements prioritaires sous surveillance renforcée. "Sur ce total, 10.000 doses seront envoyées dans le Pas-de-Calais."

L'essentiel 

Le variant anglais représente désormais plus de 60 % des contaminations.

Le dispositif de confinement le week-end mis en place à Nice et Dunkerque est étendu à l’ensemble du département du Pas-de-Calais du samedi 8 heures au dimanche à 18 heures. Dans ce département, les grandes surfaces non-alimentaires de plus de 5.000 m2 seront fermées.

Trois départements rejoignent la liste de ceux placés en vigilance renforcée : les Hautes-Alpes, l’Aisne et l’Aube. Ce qui porte le total à 23. Dans ces départements :

  • Les grands centres commerciaux ou grandes surfaces commerciales, de plus de 10.000 m2, et plus seulement 20.000 m2 comme jusqu’à présent, vont fermer ;  
  • L’obligation du port du masque est étendue à toutes les zones urbaines de ces départements où elle ne s’applique pas encore.

Les personnes de plus de 50 ans présentant une comorbidité pourront se faire vacciner chez un pharmacien à compter de la semaine du 15 mars.

135.000 nouvelles doses seront allouées "d’ici ce soir" dans les départements prioritaires sous surveillance renforcée. "Sur ce total, 10.000 doses seront envoyées dans le Pas-de-Calais."

Le variant anglais représente désormais plus de 60 % des contaminations

"La circulation du virus s’est accélérée depuis une quinzaine de jours. Cette évolution est clairement liée à la progression du variant anglais qui représente maintenant plus de 60 % des contaminations dans notre pays", a annoncé le Premier ministre. "Cette souche est plus contagieuse et donc susceptible d’entrainer une forte accélération des contaminations et donc des hospitalisations si nous ne faisons rien pour enrayer sa dynamique."

Depuis jeudi dernier, "la circulation du virus a continué de progresser, mais, il faut le souligner, à une vitesse moindre que ce que nous pouvions craindre. Sur les 7 derniers jours, le nombre de contaminations quotidiennes a augmenté de 1,4 % alors que ce même chiffre était de + 14 % au cours de la semaine précédente" a précisé le chef du gouvernement. "Je ne m’en satisfais évidemment pas car il s’agit toujours d’une hausse mais il est clair que nous ne sommes pas confrontés, en tous cas pas à ce stade, à une hausse exponentielle de l’épidémie, comme certains modèles le prévoyaient et comme nous l’avions connu lors des deux premières vagues".  

Cependant, "nos établissements de santé restent toujours soumis à une forte pression : nous comptions hier 25.156 malades hospitalisées pour cause de Covid ; certes, c’est 500 de moins qu’il y a une semaine, mais cela reste un niveau très élevé. Surtout, parmi ces malades, 3.647 étaient hospitalisés en réanimation ; soit 200 de plus qu’il y a une semaine."

Restrictions sanitaires renforcées dans 23 départements 

"Ces chiffres nationaux dissimulent en réalité des situations territoriales beaucoup plus contrastées. Dans certaines régions, le virus circule moins, voire ralentit ; alors que dans d’autres, nous constatons des progressions rapides et des incidences élevées, nettement supérieures à la moyenne nationale."

Dans les vingt départements placés la semaine dernière en surveillance renforcée, le virus a continué de progresser, sauf dans les Bouches-du-Rhône et en Moselle, une évolution à confirmer sur la durée, a souligné le Premier ministre.

Trois départements rejoignent la liste de ceux placés en vigilance renforcée : les Hautes-Alpes, l’Aisne et l’Aube. Ce qui porte le total à 23.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Dans ces départements placés en vigilance renforcée, "les grands centres commerciaux ou grandes surfaces commerciales, de plus de 10.000 m2, et plus seulement 20.000 m2 comme jusqu’à présent, seront fermés", a annoncé Jean Castex. L’obligation du port du masque est étendue à toutes les zones urbaines de ces départements où elle ne s’applique pas encore.

Les préfets sont également invités "à interdire ou à réglementer l’accès de certains sites très fréquentés pendant les week-end, où l’on observe des regroupements de masse, trop souvent sans masque ni distanciation". Ils pourront être amenés "à interdire les manifestations organisées dans l’espace public, notamment pendant les week-ends, lorsqu’elles présenteront un risque sanitaire avéré au regard de leurs conditions d’organisation."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le confinement le week-end étendu au Pas-de-Calais

Le confinement le week-end va être étendu "à l’ensemble du département du Pas-de-Calais", a confirmé Jean Castex. Du samedi 8 heures au dimanche à 18 heures. Dans ce département, les grandes surfaces non-alimentaires de plus de 5.000 m2 seront fermées.

Ces dispositions entreront en vigueur ce vendredi soir à minuit. "Nous allons par ailleurs accélérer significativement et dès ce week-end la vaccination dans les 23 départements" en vigilance renforcée, a promis le chef du gouvernement.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Accélération de la vaccination

3,2 millions de personnes sont aujourd’hui vaccinées, dont 1,8 millions ont déjà reçu leurs deux doses.

"Les livraisons de doses à la France vont s'accroître dans les semaines à venir. Entre janvier et février, nous avons reçu 7 millions de doses, tous vaccins confondus. En mars, nous devrions en recevoir 22 millions, soit trois fois plus", a indiqué Jean Castex précisant que "nous pourrons recourir plus largement au vaccin Astra Zeneca (...) La Haute autorité de santé a en effet indiqué lundi, sur la base d’études scientifiques internationales, que sont désormais éligibles à ce vaccin, non seulement les personnes de 50 à 64 ans, mais encore les personnes de plus de 65 ans, ainsi que les personnes atteintes de pathologie à très haut risque de forme grave.   Je vous le dis donc de la façon la plus claire : ce vaccin est un vaccin très efficace et les réserves qu’il a pu susciter au départ n’ont plus lieu d’être."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le Premier ministre a fait le point sur le calendrier, qui dépend des livraisons de doses :

D’ici la mi-avril, "et sous réserve que les laboratoires nous livrent selon le calendrier prévu, nous devrions avoir vacciné en 1ère injection au moins 10 millions de personnes, soit la totalité des personnes vulnérables volontaires aujourd’hui éligibles à la vaccination." 

D’ici mi-mai, "nous devrions avoir vacciné au moins 20 millions de personnes, soit la totalité de la population volontaire de +50 ans."   

D’ici l’été, "nous aurons reçu suffisamment de doses pour avoir proposé la vaccination à 30 millions de personnes, soit les 2/3 de la population de + 18 ans."

Le chef du gouvernement est également revenu sur les publics actuellement éligibles à la vaccination :

Les personnes de plus de 75 ans. "28 % des personnes de plus de 75 ans, soit environ 1/3 de cette population, a d’ores et déjà reçu une première dose", selon Jean Castex. 

Les personnes de plus 50 ans qui présente une comorbidité, "c’est-à-dire un problème de santé vous rendant plus fragile face au virus" (obésité, diabète, l’hypertension artérielle, insuffisance respiratoire et pathologies cardiaques, cancer depuis moins de 3 ans).

Les personnes de moins de 50 ans, qui souffrent d'une pathologie à très haut risque de forme grave de la COVID (cancer, maladie rénale chronique sévère, transplanté, poly-pathologies chroniques ou trisomie 21).

Les personnes âgées de 50 à 74 ans, qui ne souffrent d'aucune "pathologie particulière", pourront se faire vacciner "à compter de mi-avril."

Concernant les prises de rendez-vous, Jean Castex a souligné que "les doses arrivent progressivement et il en résulte que nous ne pouvons pas vacciner tout le monde tout de suite. Comme vous le savez l’industrie mondiale de production de vaccins est en surchauffe", a-t-il précisé. "Il faudra encore faire preuve de patience mais n’en doutez pas, vous serez vacciné, ce d’autant que le rythme va s’accélérer : chaque semaine, les centres ouvrent en moyenne 320.000 nouveaux RDV chaque semaine ; il leur reste à en ouvrir encore 850.000 à prendre d’ici la fin de ce mois."

Le chef du gouvernement a enfin invité les soignants – médecins, infirmiers, sages-femmes, aides soignants, aides à domicile – éligibles à la vaccination depuis début janvier, à se faire vacciner davantage. "Seul un soignant sur trois est aujourd’hui vacciné. Ce n’est pas normal, et cela compromet notre capacité à lutter efficacement contre le virus, alors même que nous connaissons une reprise épidémique inquiétante" a déclaré Jean Castex.

Vaccination en pharmacie possible à partir du 15 mars

Il sera possible de se faire vacciner chez son pharmacien à partir du 15 mars.

"Le décret autorisant cette nouvelle étape majeure dans notre campagne de vaccination" sera publié vendredi 5 mars a souligné Jean Castex, qui rappelle qu'il n'y aura pas besoin d'une prescription médicale.

Vers un allègement des protocoles sanitaires en Ehpad ?

"Nous avons déjà franchi avec succès une étape difficile mais majeure avec la vaccination de la population la plus à risque, celle des EHPAD et des unités de soins de longue durée. Plus de 80 % des résidents d’EHPAD ont reçu une 1ère injection et 60% ont reçu leurs deux doses et sont maintenant protégés" a détaillé le Premier ministre. 

"Nous avons donc franchi une première étape cruciale dans la lutte contre l’épidémie, car comme vous le savez, les résidents d’EHPAD ont été cruellement touchés par la première et la deuxième vagues, et représentent un tiers des morts de la Covid en France. C’est une incontestable réussite" a insisté Jean Castex. "La voie est désormais ouverte à une adaptation des règles qui régissent la vie sociale des résidents et notamment l’exercice du droit de visite pour les familles."

Covid-19. 23 départements sont désormais sous surveillance renforcée
Covid-19. 23 départements sont désormais sous surveillance renforcée © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess