Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

VIDÉOS - Coronavirus : les "mesures de freinage fortes" étendues à l'Aube, la Nièvre et le Rhône

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Le ministre de la Santé fait un nouveau point sur la situation sanitaire ce jeudi à 18h. Trois nouveaux départements - la Nièvre, le Rhône et l'Aube - rejoignent les 16 départements dans lesquels les "mesures de freinage renforcée" sont déjà en vigueur.

Le ministre de la Santé Olivier Véran lors de la conférence de presse hebdomadaire consacrée au Covid-19 le 18 mars 2021.
Le ministre de la Santé Olivier Véran lors de la conférence de presse hebdomadaire consacrée au Covid-19 le 18 mars 2021. © Maxppp - PHOTOPQR/LE PARISIEN/olivier corsan

Le ministre de la Santé Olivier Véran a fait le point sur la situation sanitaire du pays ce jeudi à 18h. Trois nouveaux départements - le Rhône, la Nièvre et l'Aube - s'ajoutent aux 16 territoires sous restrictions renforcées pour freiner la propagation du Covid-19. Les mesures s'appliqueront dès ce vendredi minuit pour quatre semaines au moins. 

Alors que le nombre de malades à l'hôpital augmente et que les capacités de réanimation sont déjà saturées dans certaines régions, durcir le confinement comme le réclament certains épidémiologistes et soignants n'est pour l'instant pas à l'ordre du jour a réaffirmé le ministre de la Santé. Pas question non plus de fermer les écoles pour l'heure. "Quand on ferme, c'est qu'on a vraiment plus le choix", a répété le ministre ce jeudi avant d'annoncer que de nouveaux protocoles sanitaires sont à l'étude.

La barre des 200.000 nouveaux cas de Covid a été dépassée la semaine dernière, une première depuis début novembre. 4.700 patients Covid sont en réanimation, se rapprochant du record de la deuxième vague, à l'automne.

L'essentiel

  • Le Rhône, la Nièvre et l'Aube s'ajoutent aux 16 départements sous restrictions renforcées. Les mesures s'appliqueront dès ce vendredi minuit pour quatre semaines au moins.
  • "La tendance est partout à l'accélération de l'épidémie", a convenu Olivier Véran. 
  • Des protocoles sanitaires "renforcés" dans les écoles sont à l'étude.

Restrictions renforcées dans la Nièvre, le Rhône et l'Aube 

La Nièvre, le Rhône et l'Aube rejoignent les 16 départements "aux mesures de freinage renforcées", a annoncé Olivier Véran. Les nouvelles restrictions - dont la fermeture de commerces et l'interdiction de se déplacer au-delà de 10 km sans dérogation - s'appliqueront dès ce vendredi minuit, pour quatre semaines au moins. Dans ces départements,les déplacements interrégionaux sont interdits sauf motif professionnel ou impérieux et des jauges divisant par deux le nombre d'élèves par classe vont être mises en place dans les lycées.

"La tendance est partout à l'accélération de l'épidémie", a ajouté le ministre de la Santé, avant d'égrener les derniers chiffres de contaminations, qui sont à un niveau extrêmement élevé dans le pays. "Plus de 45.000 Français ont été diagnostiqués au coronavirus ces dernières 24 heures (...). La situation est la plus préoccupante en Ile-de-France, dans les Hauts-de-France et en Provence-Alpes-Côte d'Azur."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le nombre de patients atteints du Covid-19 en réanimation continue de progresser. Jeudi, il a dépassé les 4.700 personnes, selon Santé publique France. Ce chiffre est en hausse régulière depuis le plus bas enregistré le 7 janvier (2.573 patients). Au plus fort de la deuxième vague, le 16 novembre, 4.903 patients Covid étaient en réanimation.

Un contexte qui justifie l'interdiction des rassemblements de plus de six personnes sur la voie publique sur tout le territoire a souligné Olivier Véran : "Même si être dehors affaiblit le risque, si vous vous retrouvez à quinze, vous allez immanquablement baisser la garde (...), baisser le masque et augmenter le risque d'être infecté."

Covid19. Les départements confinés, ceux en vigilance renforcée
Covid19. Les départements confinés, ceux en vigilance renforcée © Visactu
Covid-19. La carte des taux d'incidence, les départements confinés, ceux qui vont l'être et ceux en vigilance renforcée
Covid-19. La carte des taux d'incidence, les départements confinés, ceux qui vont l'être et ceux en vigilance renforcée © Visactu

Nouveaux protocoles sanitaires dans les écoles ?

Concernant la fermeture des écoles, réclamée par des élus en raison d'une recrudescence du nombre de cas positifs, le ministre de la Santé a confirmé que cela n'était pas à l'ordre du jour : "La fermeture des écoles est une solution de dernier recours car elle a des conséquences très lourdes (...), [même si nous] ne nions pas que le virus peut se transmettre à l'école, et de l'école aux familles." De nouveaux protocoles sanitaires sont à l'étude a précisé Olivier Véran.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Des patients plus jeunes en réanimation

"La pression hospitalière, déjà forte, va continuer de monter dans les prochains jours (...)", a reconnu le ministre de la Santé alors que de nombreux soignants témoignent de services saturés depuis plusieurs jours. "Comme beaucoup de réanimateurs en témoignent, le profil de ces patients change : plus jeunes et parfois sans comorbidités."

Pour faire face à la pression hospitalière en Ile-de-France notamment, l'une des régions les plus touchées, "entre 35 et 40% des activités ont été déprogrammées, et à terme, ce sont sans doute 80% des activités qui devront être déprogrammées", a précisé Olivier Véran. L'objectif est d'arriver à un chiffre de 2.250 lits de réanimation pour les patients atteints de Covid-19. Plus de 1.400 lits sont déjà occupés par ces malades dans la région.

Cependant pas question de changer de cap et durcir les restrictions pour l'heure : "Il n'y a pas un confinement, il y a cinquante nuances de mesures qui tiennent compte de la situation épidémique et de ce que nous savons du virus. La situation est évolutive parce que le virus ne circule pas toujours à la même vitesse, parce que des variants sont apparus, parce que la vaccination change la donne", a justifié le ministre de la Santé, affirmant que les contraintes devaient être ajustées selon les territoires et mettant en avant "l'acceptabilité" pour les Français, "épuisés de lutter sans relâche depuis un an". Olivier Véran a aussi fait valoir qu'il était "trop tôt" pour mesurer l'efficacité des mesures en vigueur depuis le week-end dernier.  "Si la situation devait s'aggraver", "nous serions amenés à nous demander s'il faut aller plus loin", a-t-il ajouté. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Appel aux volontaires pour vacciner

À compter de samedi a rappelé Olivier Véran, la vaccination sera ouverte aux plus de 70 ans qui auront le choix de se rendre en centre de vaccination, chez le médecin ou en pharmacie. Les plus de 75 ans qui n'ont pas encore eu de rendez-vous seront appelés a réaffirmé le ministre de la Santé précisant que 3.000 personnes vont être mobilisées par l'Assurance maladie pour mener cette campagne d'appels. 

Par ailleurs, les infirmiers pourront désormais prescrire la vaccination et non plus simplement la réaliser. Olivier Véran a également appelé les étudiants en santé et les jeunes retraités des professions de santé à participer à la campagne vaccinale dans les prochaines semaines. "Nous allons le faire, nous allons y arriver."

"À mi-avril, nous avons l'objectif d'avoir réalisé une injection de vaccin à 10 millions de Français." Le ministre de la Santé n'a pas précisé quand débutera la campagne destinée aux forces de l'ordre ou aux enseignants. Il faudra sans doute attendre un taux satisfaisant de couverture vaccinale dans les publics déjà ciblés a-t-il ajouté.

Jeudi, 7.168.437 personnes avaient reçu au moins une première injection de vaccin selon les données publiées par Santé publique France, soit 10,7% de la population française. Parmi elles, 2.610.990 personnes ont reçu une seconde dose de vaccin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess