Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 - Rentrée scolaire, vaccination, déconfinement : ce qu'il faut retenir des annonces du gouvernement

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

L'exécutif a confirmé ce jeudi la réouverture des écoles lundi 26 avril et la levée d'une partie des restrictions à partir du 3 mai.

L'exécutif a dévoilé jeudi 22 avril les premières étapes de la levée des restrictions sanitaires.
L'exécutif a dévoilé jeudi 22 avril les premières étapes de la levée des restrictions sanitaires. © Maxppp - LUDOVIC MARIN / POOL/EPA/Newscom

Réouverture des écoles avec un "protocole très strict" et des tests massifs, fin des limites de déplacements en journée le 3 mai, réouverture progressive mi-mai de commerces et lieux de culture : le Premier ministre Jean Castex a renoué ce jeudi à 18h avec la conférence de presse hebdomadaire sur la situation épidémique. Accompagné des ministres de l'Éducation Jean-Michel Blanquer, de la Santé Olivier Véran et de l'Intérieur Gérald Darmanin, le chef du gouvernement a dévoilé les premières étapes de la levée des restrictions.

La rentrée scolaire aura bien lieu le 26 avril dans les écoles et le 3 mai en présentiel dans les collèges et lycées, après une dernière semaine d'enseignement à distance. Le protocole sanitaire reste identique à ce qu'il était avant les vacances de printemps, avec la fermeture d'une classe dès le premier cas de Covid constaté. Une vaste campagne de dépistage va être lancée. 400.000 tests salivaires seront proposés dès la semaine prochaine dans les écoles et des autotests déployés dans les lycées.

L'exécutif a décidé de maintenir son objectif de lever progressivement les restrictions en mai, malgré une décrue encore fragile de l'épidémie. La limite des 10 km sera levée le 2 mai au soir, avait déjà confirmé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal mercredi. La réouverture des terrasses et de lieux de culture, pour lesquels des jauges pourraient être instaurées, est prévue mi-mai. 

L'essentiel

  • 400.000 tests salivaires seront proposés dans les écoles élémentaires la semaine prochaine. 
  • 64 millions d'autotests seront proposés aux personnels de l'Éducation nationale dès la semaine prochaine, puis aux lycéens à compter du 3 mai.
  • "Les classes de 4e et 3e reprendront les cours en demi-jauge à partir du 3 mai" dans les 15 départements les plus touchés par l'épidémie.
  • Commerces, activités culturelles, sportives et terrasses rouvriront "autour de la mi-mai" si la situation sanitaire le permet. 
  • Les contraintes de déplacement en journée seront "levées" à partir du 3 mai mais le couvre-feu est maintenu au moins jusqu'à la mi-mai.
  • Le vaccin Johnson & Johnson sera administré "à compter de ce samedi".
  • À partir de samedi, quarantaine obligatoire de dix jours "pour les personnes arrivant du Brésil, d’Argentine, du Chili, d’Afrique du Sud et d’Inde", où circulent des variants plus contagieux.
Covid-19. Les annonces du gouvernement jeudi 22 avril 202
Covid-19. Les annonces du gouvernement jeudi 22 avril 202 © Visactu

Des signes encourageants mais une situation toujours précaire

"La situation s'améliore" a déclaré le Premier ministre en ouverture de la conférence de presse évoquant une "baisse  réelle" de la circulation virale depuis dix jours. "Le pic de la troisième vague semble derrière nous", a-t-il ajouté. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Mais le niveau de circulation du virus "reste très élevé" a-t-il cependant tempéré. "Nous devons rester lucides et poursuivre nos efforts", a-t-il insisté, citant les nouvelles flambées épidémiques dans différents pays à travers le  monde.

"Nous comptons près de 7.600 personnes hospitalisées en soins critiques dont près de 6.000 sont touchées par la Covid-19. Cela représente une charge très lourde pour l'ensemble de nos soignants." Toutefois, a-t-il ajouté, "les derniers chiffres semblent indiquer des signes positifs. Le nombre de patients admis en réanimation a atteint un plateau depuis quelques jours (...) Nous pouvons espérer le début d'un reflux dans quelques jours."

Quarantaine de 10 jours obligatoire pour les voyageurs arrivant de pays jugés à risques

"L’apparition de nouveaux variants justifient de durcir" les conditions d’entrées sur nos territoires, a répété Jean Castex avant de rappeler la mise en place d’une quarantaine "stricte", "assortie de contrôles", à partir de samedi pour les voyageurs arrivant de plusieurs pays : Brésil, d’Argentine, du Chili, d’Afrique du Sud et d’Inde.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Cette quarantaine de 10 jours obligatoire s'appliquera à "tous" les passagers en provenance de ces cinq pays, "quel que soit le résultat de leur test, positif ou négatif" à l'arrivée en France, a précisé le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. Ces mesures seront appliquées également aux voyageurs en provenance de Guyane où le variant brésilien se propage rapidement. Les lieux de quarantaine seront contrôlés par les policiers et gendarmes, a-t-il prévenu. En cas de non respect de la mesure, les contrevenants risquent une amende de 1.500 euros.

Les voyageurs arrivant de ces pays devront aussi justifier à leur arrivée d'un "test PCR de moins de 36 heures", et seront "systématiquement" testés à nouveau par un "test antigénique". "La liste" de ces pays pourra "évoluer si nécessaire" - "pour l'essentiel, seuls les ressortissants français et européens ayant leur résidence principale en France pourront entrer sur le territoire national", a précisé Gérald Darmanin.

Rentrée des classes lundi avec "un protocole très strict" et "un renforcement massif" des tests

400.000 tests salivaires seront proposés dans les écoles élémentaires la semaine prochaine avec un objectif de 600.000 d'ici la mi-mai. "Nous en réalisions 250.000 par semaine fin mars", a rappelé Jean Castex. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Nous maintenons un protocole strict. Nous fermerons la classe dès qu'il y aura un cas de contamination", a poursuivi le ministre de l'Éducation nationale. "Nous encourageons les collectivités pour les capteurs de CO2 et les purificateurs d'air. Nous encourageons aussi les classes en plein air. La saison le permet."

"Le site 'ma classe à la maison' a été renforcé dans de grandes proportions après les problèmes rencontrés", a encore affirmé Jean-Michel Blanquer. Lors de la semaine précédant les vacances, de nombreux bugs avaient été constatés. Les lycéens ainsi que "les classes de 4e et 3e" des 15 départements les plus touchés par l'épidémie "reprendront les cours en demi-jauge à partir du 3 mai".

"Chaque personnel travaillant dans les établissements et les écoles recevra deux autotests gratuits. Ce seront 50 millions d'autotests qui seront distribués."

Au sujet des examens, "nous maintenons l'épreuve du grand oral pour les terminales qui auront lieu au moins de juin" a indiqué Jean-Michel Blanquer. Les épreuves du brevet sont aussi maintenues. Dans l’enseignement supérieur, "les épreuves de BTS prévues au moins de mai auront lieu. Il y aura une session de rattrapages au début du mois de juillet." Les examens et partiels auront lieu en présentiel en juin. Les concours sont maintenus sans changement. 

Les objectifs de la campagne de vaccination maintenus

Concernant la campagne de vaccination, "nous sommes sur le bon chemin pour atteindre notre objectif de 20 millions de personnes ayant reçu une première injection à la mi-mai et 30 millions à la mi-juin", a affirmé le Premier ministre. 2,5 millions de personnes sont vaccinées chaque semaine a ajouté le chef du gouvernement. D’ici la fin de semaine, 14 millions de personnes auront reçu au moins une dose de vaccin anti-Covid selon l'exécutif.

Le ministre de la Santé Olivier Véran a une nouvelle fois défendu le vaccin AstraZeneca, qui suscite la défiance : "Dans moins de 10% des cas, vous pouvez avoir de la fièvre. Dans de très rares cas, il peut provoquer des thromboses, mais ils sont très rares. C'est 5 cas environ pour un million de personnes vaccinées", a-t-il déclaré. "Si vous prenez l’avion pour traverser l’Atlantique, vous risquez de faire une thrombose car vous êtes immobile", a-t-il insisté. "Le risque est 50 fois plus important dans ce cas là, que quand vous vous faites vacciner."

"Le vaccin de Janssen Johnson & Johnson est disponible" a-t-il ajouté. "Il est réservé pour le moment à tous les Français de 55 ans et plus, sans condition. Il sera proposé à compter de ce samedi." Il s'agit du quatrième vaccin administré en France. La France a reçu une première livraison de 200.000 doses à la fin de la semaine dernière mais elle attendait les conclusions de l'Agence européenne des médicaments (EMA) qui a estimé mercredi qu'il bénéficiait d'un rapport bénéfices/risques favorable malgré un risque "très rare" de caillots sanguins.

Par ailleurs, "pour le moment" la question de vacciner les enfants "n'est pas d'actualité" a indiqué le ministre de la Santé.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Olivier Véran, a en outre fait le point sur les autotests. Un test positif devra être complété par un test PCR a-t-il confirmé. "Les travailleurs qui sont au contact de personnes fragiles non vaccinées peuvent se doter de ces autotests pris en charge par l'Assurance maladie à raison de 10 autotests par mois."

Déconfinement territorialisé

Le Premier ministre souhaite que la première étape de déconfinement se déroule "autour de la mi-mai" mais "compte tenu du contexte sanitaire encore fragile que nous connaissons, nous devrons l’organiser de telle sorte qu’elle se fasse par étape, de manière forcément prudente et progressive." Commerces, activités culturelles, sportives et terrasses rouvriront donc si la situation sanitaire le permet. Ces réouvertures pourraient être "territorialisées", a ajouté le Premier ministre Jean Castex. Les principales fédérations du commerce et quelque 150 patrons, franchisés et affiliés de réseaux d'enseignes ont publié jeudi un "plaidoyer pour une réouverture impérative de tous les commerces au plus tard le 10 mai", un mois "capital en termes d'activité" pour les 150.000 magasins fermés depuis le 3 avril.

"À partir du 3 mai également, nous pourrons lever les contraintes de déplacement en journée" a déclaré le chef du gouvernement. Le couvre-feu, actuellement fixé à 19h, sera "maintenu jusqu'à nouvel ordre" et "nous verrons à la mi-mai, étape suivante, où en sera la situation épidémique". "Il n'y a pas d'automaticité à la levée du couvre-feu, y compris à cette échéance" (de mi-mai), a-t-il ajouté.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Déconfinement progressif : le calendrier se précise
Déconfinement progressif : le calendrier se précise © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess