Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

VIDÉOS - Coronavirus : tests, restrictions, école... ce qu'il faut retenir des annonces d'Olivier Véran

-
Par , , France Bleu

Le ministre de la Santé Olivier Véran a fait le point sur l'évolution de l'épidémie de coronavirus en France et les réponses du gouvernement, ce jeudi. De nouvelles restrictions sont attendues à Lyon et Nice et le port du masque sera désormais obligatoire pour les professionnels en crèches.

Olivier Véran, ministre de la Santé.
Olivier Véran, ministre de la Santé. © AFP - CHRISTOPHE ARCHAMBAULT

Le ministre de la Santé Olivier Véran a tenu ce jeudi à 17h une conférence de presse, vouée à devenir hebdomadaire, pour faire le point sur l'évolution de l'épidémie de coronavirus dans le pays. Quatre mois après la fin du confinement, le nombre de contaminations progresse régulièrement (près de 10.000 en 24 heures selon les chiffres de mercredi soir). "Nous constatons depuis plusieurs semaines une accélération de la circulation du virus" a confirmé le ministre de la Santé en préambule. Le taux d'incidence, soit le nombre de nouvelles contaminations par semaine, est notamment en hausse constante. "Il était de 83 sur 100.000 hier soir, contre 40 à la fin du mois d'août et 10 à la fin juillet", a précisé le ministre.

Plus préoccupant, cette hausse commence peu à peu à se ressentir sur les hospitalisations et la réanimation, c'est-à-dire les cas les plus graves. Sur les sept derniers jours, 2.976 malades du Covid ont été hospitalisés et 508 admis en réanimation, dont 649 et 100 pour la seule journée de mercredi. Il y a un mois, on comptait quotidiennement environ 200 hospitalisations et une trentaine d'admissions en réanimation. 

Des mesures différenciées selon les territoires

Certes, "on ne se bat pas avec les mêmes armes et on connait mieux notre adversaire" a concédé Olivier Véran. "Nous avons de meilleures conditions d'hospitalisation, ce qui fait que les cas graves ne vont plus forcément en réanimation, car il n'est parfois plus nécessaire de les intuber". Mais la situation est préoccupante à Lyon et Nice et le gouvernement a demandé aux préfets du Rhône et des Alpes-Maritimes de prendre des mesures pour limiter la circulation du virus d'ici samedi. Des mesures "encore plus fortes", comme la fermeture des bars ou l’interdiction des rassemblements publics, pourraient aussi être prises à Marseille et en Guadeloupe "si la situation sanitaire ne s'améliore pas et si le nombre d'entrées en réanimation continue à croître" a indiqué Olivier Véran. "À Lille, Toulouse, Dijon, Rennes et Paris, les seuils critiques ne sont pas encore atteints", mais l'exécutif est "extrêmement attentif" à l’évolution de la situation a prévenu le ministre.

Priorisation des tests

Conformément à ce qu'avait annoncé le Premier ministre Jean Castex, certaines personnes vont pouvoir être testées en priorité. Vingt centres de prélèvements vont être déployés en Ile-de-France pour les publics prioritaires à compter de lundi prochain. Ils seront réservés de 8h à 14h au public prioritaire, et "pourront réaliser au moins 500 tests PCR par jour" a précisé Olivier Véran. 

Cinq millions de tests antigéniques seront disponibles début octobre, et des opérations de dépistage vont être déployées "dans des hôpitaux parisiens" a aussi confirmé le ministre de la Santé. 

Le protocole dans les crèches et écoles assoupli

Le protocole sanitaire mis en place en France dans les écoles et les crèches va pouvoir être assoupli, a également annoncé Olivier Véran. Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer détaillera prochainement les évolutions à venir. Elles s'appuient sur un nouvel avis rendu ce jeudi par le Haut Conseil de la santé publique, indiquant que "les enfants, en primaire, en maternelle, en crèche, sont peu susceptibles de se contaminer entre eux et de contaminer les adultes autour d'eux. Le risque de transmission existe principalement d'adulte à adulte, d'adulte à enfant, mais rarement d'enfant à enfant ou d'enfant à adulte" a déclaré le ministre de la Santé. "Notre message est clair" a-t-il martelé, "les enfants doivent aller à l'école et il n'y a pas lieu de renvoyer les élèves chez eux, voire de fermer des établissements entiers à la première alerte."

Pour limiter les contaminations d'adultes à enfants toutefois, le port du masque sera désormais obligatoire pour les professionnels en crèches "y compris en présence des enfants", a-t-il ajouté. Ces derniers devaient jusqu'à présent le porter uniquement en présence des parents.

L'essentiel

  • De nouvelles restrictions sont attendues à Lyon et Nice et des restrictions "encore plus fortes" pourraient être prises à Marseille et en Guadeloupe.
  • Vingt centres pour les prélèvements prioritaires vont être déployés en Ile-de-France.
  • Le protocole dans les crèches et écoles  va être assoupli et le port du masque rendu obligatoire pour les professionnels en crèches "y compris en présence des enfants".
Choix de la station

À venir dansDanssecondess