Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Dix imprimantes 3D fabriquent 100 visières de protection par jour dans un lycée de Nancy

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Le lycée Henri Loritz à Nancy est vide, mais un atelier tourne à plein régime avec 10 imprimantes 3D qui produisent 100 visières de protection par jour à destination des personnels soignants. Les premières visières viennent d'être livrées à l'Agence régionale de santé Grand-Est.

Dix imprimantes 3D produisent 100 visières de protection par jour.
Dix imprimantes 3D produisent 100 visières de protection par jour. © Radio France - Droits réservés.

Le lycée Henri Loritz à Nancy, est le lycée le mieux doté de la ville en imprimante 3D avec un fab-lab qui fait désormais tourner ses machines pour fabriquer des visières de protection pour les soignants pour luttre contre le covid-19. Un atelier high-tech avec une 10aine d’imprimantes 3D lancées sur la même production : des supports pour visières. 

Seuls deux techniciens participent à cette fabrication réalisée avec de supports accouplés à des pochettes transparentes de documents. Du plastique translucide récupéré dans les bureaux du lycée général et technologique Henri Loritz à Nancy ; les visières de protections contre le coronavirus sont fournies à l’Agence régionale de santé Grand-Est qui se charge de les répartir au mieux.

Il faut quatre heures à chaque machine pour réaliser les visières
Il faut quatre heures à chaque machine pour réaliser les visières © Radio France - Droits réservés.

Une solidarité logique, pilotée par Steven Lefrançois, « fab manager », qui n’a pas voulu laisser ses imprimantes à l’arrêt pendant le confinement. Partout dans le monde, tous les « makers » se sont réunis en ligne pour tenter de définir le modèle de visière le plus abouti. 

Coup de ciseaux et personnel limité

Un coup de ciseaux pour arrondir les angles et ce sont surtout les machines qui font le boulot : il faut quatre heures à chaque machine pour réaliser les visières. Une production locale dans un atelier que le ministre de l'Education nationale avait visité il y a quelques mois. De visières avec un élastique et un protège-document plastique récupéré. 

Un fab-lab qui n’a pas besoin de personnel supplémentaire : seules deux personnes pour piloter les 10 machines, confinement oblige, mais qui peut récupérer des protège-documents ou des élastiques en faisant une offre à  fablab@loritz.fr et qui fait parti d'un groupe de "makers" intitulé Meurthe-et-Moselle Visière Covid19 Public sur les réseaux sociaux.

Seules deux personnes pour piloter les 10 machines du lycée Loritz à Nancy.
Seules deux personnes pour piloter les 10 machines du lycée Loritz à Nancy. © Radio France - Droits réservés.

Ecoutez Steven Lefrançois, à l'initiative de cette production.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu