Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences DOSSIER : Journée spéciale - Le don d'organes, Tous donneurs, tous receveurs

Don d'organe : "Ce cœur est un cadeau" pour Jean-Pierre

-
Par , France Bleu Hérault

La journée nationale de réflexion sur le don d'organe se déroule ce samedi 22 juin. À cette occasion, France Bleu Hérault se mobilise pour rappeler l'importance des dons d'organes en France. Jean-Pierre, 61 ans, vit à Pérols avec le cœur de quelqu'un d'autre depuis sept ans.

Aujourd'hui, 8 Français sur 10 se disent favorables au don d'organe.
Aujourd'hui, 8 Français sur 10 se disent favorables au don d'organe. © Maxppp -

Montpellier, France

Aujourd'hui en France, 63.000 personnes vivent grâce à un don d'organe. La journée nationale de réflexion sur le don d'organe se tient ce samedi 22 juin. France Bleu Hérault se mobilise donc pour rappeler l'importance du don d'organe. 

Tout le monde peut donner, mais tout le monde peut aussi avoir besoin d'une greffe un jour. C'est le cas de Jean-Pierre, qui vit à Pérols (Hérault) depuis quelques années. En 2012, à 52 ans, il a dû recevoir une greffe du cœur après trois infarctus passés inaperçus et un AVC (accident vasculaire cérébral). À cette époque, il était directeur d'une structure hôtelière à Paris, fumait beaucoup et voyageait souvent à cause de son travail. "Le muscle s'est mis à grossir, grossir et le cœur ne pompait plus correctement, il s'affaiblissait de jour en jour."

"On a un cœur pour vous."

Il est alors inscrit sur liste d'attente pour recevoir un cœur. Après seulement un mois d'attente, Jean-Pierre a une chance inouïe : "Pendant que je dormais, vers 1h du matin, j'ai reçu un coup de fil. On avait un cœur pour moi." Après quatre heures d'opération, il se réveille avec un autre cœur. 

Jean-Pierre accepte bien ce nouvel organe même si depuis 2012, année de la greffe, il ne travaille plus et doit prendre des médicaments toutes les 12 heures. "Mais c'est normal, ce n'est rien par rapport à ce qui m'est arrivé." Dans l'attente de la greffe, Jean-Pierre n'a jamais eu peur et a toujours cru dans le travail des médecins. "C'est peut-être bizarre mais je ne me suis jamais posé de question en fait." 

Aujourd'hui, le sexagénaire profite de sa seconde vie. Il ne fume plus et fait plus attention à son mode de vie. C'est aussi sa manière à lui de remercier le donneur et sa famille. "Ce cœur est un cadeau. Depuis, la date de ma greffe est mon second anniversaire." Et chaque année, il marque le coup sobrement. 

Portrait de Jean-Michel, qui a été greffé d'un cœur en 2012

Jean-Michel, qui a été greffé d'un cœur en 2012

Ce que dit la loi

Selon la loi, nous sommes tous des donneurs présumés d'organes et de tissus, à moins d'avoir exprimé de son vivant le refus d'être prélevé. Il n'existe aucun registre qui recense les personnes favorables. Les personnes consentant à donner leurs organes et leurs tissus n'ont aucune démarche officielle à faire. 

Les campagnes d'information menées chaque année portent leurs fruits : huit Français sur 10 se disent favorables au don d'organe. L'an dernier, près de 6.000 greffes ont été réalisées en France, dont 500 à partir de donneurs vivants. On peut par exemple donner un rein ou le foie, ou des tissus : la peau, les artères, la cornée...