Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Donneurs de sang de père en fils

lundi 18 juin 2018 à 11:01 Par Guillemette Franquet, France Bleu Gard Lozère

Christian Bertho et son fils Thomas ont donné à eux deux plus de 200 fois leur sang à Nîmes. Des donneurs exceptionnels, dans un département où l'on donne moins son sang que la moyenne en France.

Thomas et Christian Bertho, Nîmois et grands donneurs de sang
Thomas et Christian Bertho, Nîmois et grands donneurs de sang © Radio France - Guillemette Franquet

Nîmes, France

"On me pose la question 'Pourquoi vous donnez votre sang ?' Je me pose plutôt la question 'Pourquoi les autres ne donnent pas leur sang ?'" Cette question rhétorique, c'est Thomas Bertho qui la pose. À 31 ans, Thomas a déjà donné plus de 80 fois son sang. Tout comme son père, il a commencé à donner son sang dès ses 18 ans, âge minimum légal.  

Des dons presque tous les mois

Don complet, don de plasma ou don de plaquettes : parfois, ce sont des séances d'une heure, voire une heure et demie, passées à l’Établissement Français du Sang (EFS). Leur générosité leur a valu une médaille, décernée par l'EFS, qui peine à trouver des donneurs. Les Gardois sont moins prolixes que les Français : ils sont 2,6% à donner leur sang, contre 4% de nos compatriotes.

Le don dans le sang

Thomas est assistant de vie scolaire auprès d'enfants handicapés ; Christian, professeur de mathématiques et de sciences à la retraite, est bénévole dans plusieurs associations, comme les Mille Couleurs, à Pissevin, ou le Secours Catholique. Père et fils trouvent le don du sang plutôt "facile", et même "naturel"

Depuis qu'on lui a décelé des problèmes cardiaques en début d'année, une des grandes frustrations de Christian est de ne plus pouvoir donner son sang. A 65 ans, il affirme avec une pointe d'amertume : "Puisqu'on peut donner son sang jusqu'à 75 ans, je perds dix ans à ne rien faire d'utile."

Reportage avec Christian et Thomas Bertho