Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Dordogne : à l'hôpital de Périgueux, les chirurgiens opèrent avec un robot

-
Par , France Bleu Périgord

C'est une révolution qui a fait son entrée dans le service d'urologie de l'hôpital de Périgueux il y a quelques mois : un robot qui permet aux chirurgiens d'opérer à distance. Ce samedi, les équipes du service ont présenté ce bijou aux patients, pour expliquer les progrès qu'il apporte en chirurgie.

L'un des chirurgiens du service d'urologie de l'hôpital de Périgueux, aux commandes du robot Da Vinci en démonstration.
L'un des chirurgiens du service d'urologie de l'hôpital de Périgueux, aux commandes du robot Da Vinci en démonstration. © Radio France - Noémie Philippot

Périgueux, France

À l'hôpital de Périgueux, depuis le mois de juillet dernier, les chirurgiens en urologie opèrent sans toucher le corps de leur patient. Le médecin s'installe désormais à la console d'un robot, à quelques mètres de la table d'opération. De là, grâce à deux "manettes" qu'il manipule du bout des doigts, il peut actionner les quatre bras du robot qui opèrent le patient, par exemple d'un cancer de la prostate. 

Ce robot, appelé Da Vinci, est présent dans 125 hôpitaux et cliniques en France. C'est une véritable révolution qui permet aux chirurgiens de travailler plus précisément, en pratiquant seulement de petites incisions dans le corps du patient pour que les outils du robot puissent opérer. "Vous avez quatre bras robotisés au niveau du patient, qui vont être contrôlés par une seule personne, explique Raphaël Ginot, urologue depuis deux ans à Périgueux. Un bras pour la caméra, et puis trois bras pour le manipuler.  Tout ça se contrôle à partir de la console, où on visualise en trois dimension ce qu'il se passe dans le ventre du malade." Et Raphaël Ginot de préciser que ce robot ne prend en aucun cas la place du chirurgien. Il fonctionne simplement comme une prolongation de ses mains. 

L'un des bras du robot est équipé d'une caméra, les trois autres d'outils qui permettent d'opérer.  - Radio France
L'un des bras du robot est équipé d'une caméra, les trois autres d'outils qui permettent d'opérer. © Radio France - Noémie Philippot

Si cela demande un peu plus de temps à mettre en place avant de commencer l'opération, l'intervention dure ensuite moins longtemps que traditionnellement. Ce robot permet aussi de limiter la perte de sang et donc les transfusions. Après l'opération, les douleurs sont moins fortes et le retour à la normale plus rapide selon les médecins du service d'urologie de Périgueux. 

C'est un bonheur professionnellement !" Olivier Martin, urologue à l'hôpital de Périgueux depuis 20 ans.

Olivier Martin y est urologue depuis 20 ans. Pour lui c'est un énorme changement, pour lequel il a dû se former pendant plusieurs heures, mais depuis qu'il a pris la main, il se régale : "Ce n'est pas si compliqué que ça, c'est très intuitif. On est mieux installé, il y a moins de fatigue pour le chirurgien, une accessibilité à certains organes qui est beaucoup plus facile, explique-t-il. Pour une dernière partie de carrière, c'est une motivation supplémentaire. C'est un bonheur professionnellement !" Pour lui, les sensations sont pratiquement les mêmes que lors d'une opération classique. 

Pour l'instant, le robot Da Vinci est utilisé uniquement en urologie, mais dans les mois qui viennent, il devrait aussi servir aux médecins de chirurgie digestive, chirurgie thoracique et en ORL. 

Budget pour l'hôpital de Périgueux : 400 000 euros par an, car il a décidé de le louer. Cela permet de suivre régulièrement l'évolution technologique.