Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Dordogne : alerte aux pollens de graminées

-
Par , , France Bleu Périgord

C'est de saison, les pollens de graminées pullulent dans l'air périgourdin. Nez qui coule et yeux qui pleurent. Un calvaire pour les allergiques

les allergiques ne sont pas à la fête
les allergiques ne sont pas à la fête © Maxppp - Salinier Quentin

Périgord, France

Pour les allergiques c'est la pire période de l'année, celle des pollens de graminées. Ce sont des plantes vivaces qui poussent le plus souvent à l'état sauvage et dont le pollen est très volatil, porté par l'air chaud et le vent.

le pollen des graminées est très volatile - Radio France
le pollen des graminées est très volatile © Radio France - Harry Sagot

La Dordogne est en niveau orange

Selon le réseau national de surveillance aérobiologique, la Dordogne présente un risque allergique de 4 sur 5. C'est l'un des départements les plus touchés de France. Les allergiques vivent donc un enfer, fait de nez qui coulent et d'yeux qui pleurent.

La Dordogne est en risque élevé pour les pollens de graminées - Aucun(e)
La Dordogne est en risque élevé pour les pollens de graminées - Réseau national de surveillance aérobiologique

Plusieurs solutions contre les allergies au pollen

"Le meilleur traitement c'est le traitement préventif" disent les allergologues qui préconisent de se laver les cheveux au retour d'une promenade en milieu naturel, de ne pas rouler fenêtres ouvertes en voiture, et d'aérer les habitations tôt le matin ou tard le soir, lorsque les températures sont plus basses et les pollens moins présents. Au pire  les premiers symptômes conduiront les médecins à prescrire des antihistaminique et des corticoïdes pour les plus sensibles. Un désagrément auquel il va falloir s'habituer. Avec le changement climatique les professionnels constatent un élargissement de la période sensible.