Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Dordogne : il devrait finalement avoir deux IRM à Bergerac

samedi 4 novembre 2017 à 18:09 France Bleu Périgord

La bataille des radiologues libéraux de Bergerac aurait payé. L'Agence régionale de santé pourrait donner un sursis de deux ans à leur IRM alors que l'hôpital vient de recevoir le sien.

La clinique de Bergerac se bat pour garder son IRM depuis six mois.
La clinique de Bergerac se bat pour garder son IRM depuis six mois. © Radio France - Xavier Bouyou-Beauchamp

Bergerac, France

C'est une bataille de six mois qui devrait prendre fin. La clinique Pasteur de Bergerac pourrait garder son IRM encore pour deux ans. D'ici la fin de cette période, l'appareil devrait rejoindre l'hôpital où vient d'être installé un deuxième IRM.

3 300 signatures sur internet pour sauver l'IRM de la clinique

Au premier rang de cette lutte entre l'ARS (agence régionale de santé), l'hôpital et la clinique, le docteur Tran et le docteur Gouyou-Beauchamps de Pasteur. Ils ont réuni des centaines de signatures papier pour sauver leur IRM, installé depuis 2004.

En début d'année 2017, l'ARS avait demandé le déménagement de la machine vers l'hôpital de Bergerac alors qu'un deuxième IRM allait voir le jour à l'hôpital. Aujourd'hui, les radiologues de Pasteur sont méfiants, rien est acté. C'est le député du Bergeracois, Michel Delpon, qui l'a annoncé en premier dans un communiqué où il "se félicite de la décision du directeur de l'Agence régionale de santé de maintenir l'IRM à Pasteur pour 2 ans".

Capture d'écran du communiqué de presse de Michel Delpon.  - Radio France
Capture d'écran du communiqué de presse de Michel Delpon. © Radio France

Le député a reçu le 5 octobre dans son bureau, Michel Laforcade, directeur de l'ARS, Roger Tran, radiologue de la clinique et son patron, propriétaire de Pasteur, Jérôme Nouzarède.Cette décision devrait apaiser les tensions entre l'hôpital et la clinique même si l'idée d'un IRM exploité en commun - privé et public - au même endroit, à l'hôpital est loin d'être écartée.