Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dordogne : les sages-femmes dans la rue pour une meilleure reconnaissance de leur métier

-
Par , , France Bleu Périgord

Les sages-femmes sont appelés à la grève ce mardi 26 janvier pour demander une meilleure reconnaissance de leur travail. Elles assurent 80% des accouchements en Dordogne mais aussi un suivi gynécologique de l'adolescente à l'après-ménopause.

Deux rassemblements sont prévus ce mardi 26 janvier. Photo d'illustration
Deux rassemblements sont prévus ce mardi 26 janvier. Photo d'illustration © Radio France - Nathanael Charbonnier

Les sages-femmes ont prévu de se rassembler ce mardi 26 janvier à 10 heures devant le service maternité de Bergerac puis à 11h30 devant le Tribunal de Périgueux. Elles sont en grève pour demander une meilleure reconnaissance de leur travail. 

La sage femme peut suivre une femme de son adolescence jusqu'à l'après-ménopause pour son suivi gynécologique"

Les 120 sages-femmes de Dordogne se sont occupés d'environ 80% des accouchements du département en 2020 mais ce n'est qu'une partie de leur travail. Les sages-femmes suivent également le suivi gynécologique des femmes à tous âges de la vie "pour la contraception, le dépistage notamment" et ce "jusqu'à l'après-ménopause" explique Aurélie Devilléger, l'une des portes-paroles du mouvement. "On fait cinq ans d'études et notamment la première année de médecine. On demande à être un peu sur un même pied d'égalité que les médecins dans les hôpitaux. Nous, on est les maîtresses de la physiologie et des femmes qui sont en bonne santé".

Aurélie Devilléger, l'une des portes-paroles des sages-femmes en grève ce mardi

On a le statut de profession médicale sur le papier, on demande à avoir ce statut pleinement dans les hôpitaux"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess