Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Dordogne : un pollinarium prévient les allergiques une semaine avant l'arrivée des pollens

mardi 26 mars 2019 à 5:21 Par Emeline Ferry, France Bleu Périgord

Un pollinarium vient d’être installé dans le parc de l’hôpital de Lanmary, à Antonne-et-Trigonant. Sa mission : prévenir l’arrivée des pollens et prévenir les allergiques quelques jours avant, pour qu’ils puissent prendre leur traitement à temps.

Dans le parc de l'hôpital de Périgueux, les jardiniers observent l'arrivée des pollens.
Dans le parc de l'hôpital de Périgueux, les jardiniers observent l'arrivée des pollens. © Radio France - Emeline Ferry

Antonne-et-Trigonant, France

Les yeux qui piquent, le nez qui coule, les éternuements… Chaque année, c’est la même chose au printemps pour un Français sur quatre. La saison des pollens va bientôt démarrer, et les allergies qui vont avec. Pour faciliter la vie des personnes concernées par ce problème de santé, un pollinarium vient d’être installé dans le parc du centre hospitalier de Lanmary, à Antonne-et-Trigonant, près de Périgueux. C’est le seul en Dordogne, et le 4ème dans la région (il y en aussi à Limoges, La Rochelle et Sainte-Feyre).

Prévenir les allergiques une semaine avant l’arrivée des pollens

Depuis début janvier, Claude Faurie surveille la quinzaine d’arbustes et de graminées. "On a prélevé ces espèces directement dans la nature, dans un rayon de 20 km, aux quatre points cardinaux", explique le jardinier de l’hôpital. "Elles sont plantées dans une exposition optimale, afin qu’elles donnent leur pollen avant celui de la nature", ajoute-t-il. 

Résultat : il est capable de prévenir les personnes allergiques huit à dix jours avant le pic de pollen. Quand il voit que le pollen montre le bout de son nez sur une espèce (le plantain en ce moment), il remplit une fiche dans un logiciel sur son ordinateur et envoie une alerte (sur smartphone ou par mail) aux personnes allergiques, qui se sont inscrites gratuitement sur ce site.

"Cet outil permet que les malades puissent prendre leur traitement avant et éviter les désagréments. Cela leur permet aussi d’adapter leur comportement : éviter de fumer ces jours-ci, ne pas faire d’activité physique", explique Huguette Martini, cadre de santé dans le service spécialisé dans la prise en charge des infections respiratoires.

C’est un jardin qui permet de détecter l’arrivée des pollens en avance, pour prévenir les allergiques - Radio France
C’est un jardin qui permet de détecter l’arrivée des pollens en avance, pour prévenir les allergiques © Radio France - Emeline Ferry

Cela n’empêche pas de consulter un médecin si les symptômes de l’allergie persiste.

Reportage au pollinarium de l'hôpital de Lanmary.