Santé – Sciences

DOSSIER : Le Valenciennois bon élève dans le maintien à domicile des personnes de plus de 75 ans

Par Rafaela Biry-Vicente, France Bleu Nord mercredi 14 octobre 2015 à 7:00

Une partie de l'équipe mobile de gériatrie
Une partie de l'équipe mobile de gériatrie - Rafaela Biry-Vicente

Une équipe mobile de gériatrie unique en France est expérimentée en ce moment à l'hôpital de Denain, une nouvelle action sur un territoire déjà très mobilisée sur la question.

Depuis 2011, il y a dans le Valenciennois-Quercitain, une grosse mobilisation des acteurs de la santé pour favoriser le maintien à domicile. Un Groupement de Coopération Sanitaire regroupant les établissements de soins, les EHPAD et les CLIC (Centre Local d’Information et de Coordination Gériatrique), en lien avec les médecins, pharmaciens et infirmiers de ville, pour une prise en charge globale et coordonnée du patient.

Tout un tas d’actions ont déjà été mis en place, comme une plateforme téléphonique ouverte de 8h30 à 19h30 (03.27.14.05.28), où des gériatres et infirmiers conseillent les personnes âgées ou encore leurs familles qui peuvent parfois être déboussolées.

La mobilisation tous azimuts pour favoriser le maintien à domicile

Et cette année dans le cadre du plan national PAERPA, pour le maintien à domicile, des nouvelles équipes ont été mises en place. L’équipe de psychogériatrie permet d’intervenir à domicile pour assurer un suivi psychologique après une hospitalisation ou encore détecter une dépression à l’origine d’autres maux comme la dénutrition.

Une autre équipe va également au domicile des personnes âgées pour prévenir les chutes à travers un réaménagement de la maison, des séances de kiné, et bientôt de l’éducation thérapeutique pour changer ses habitudes et faire plus attention au risque de chute.

Une équipe unique en France

Et depuis janvier, l’hôpital de Denain accueille même une équipe unique en France, l’équipe gériatrique mobile expérimentée pendant 2 ans. 

Une infirmière, un médecin gériatre,  deux pharmaciennes et un animatrice territoriale, en partenariat avec les médecins traitants et les pharmaciens de ville, interviennent dès l'entrée à l'hôpital des patients de plus de 75 ans pour faire d’abord ce qu’ils appellent une évaluation gériatrique standardisée.

C’est-à-dire qu’au-delà de l’urgence de l’hospitalisation, l’infirmière va s’inquiéter des risques de chute du patient, de dépression, comment fait il ses courses, son ménage ? a-t-il besoin d’une aide ? Une synthèse est ensuite envoyée au médecin traitant.

le reportage de Rafaela Biry Vicente

Et puis dans un second temps, cette équipe s’occupe des médicaments du patient, car à cause de leurs nombreuses pathologies liées à l’âge, certains prennent tous les jours de très nombreux médicaments, mais certains mélanges ne font pas forcément effet, et une surmédication ou polymédication peut entrainer des hospitalisations ou des chutes.

Du coup le pharmacien nettoie toutes les ordonnances, il peut retirer des médicaments en ajouter, décaler leur prise. Et pareil, un document est envoyé au pharmacien de ville qui va ensuite assurer un suivi à domicile pour voir si cette nouvelle liste est bien admise par le patient, il peut également nettoyer la pharmacie à domicile du patient, enlever les périmés et autres pour améliorer le traitement.

Plus de 200 patients ont déjà participé à cette expérimentation, elle concerne pour le moment certaines pathologies, mais l’objectif de l’équipe c’est qu’elle soit ensuite généralisée à tous les patients en risque de perte d’autonomie.