Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Drôme-Ardèche : près de 600 ruches placées sous haute surveillance

lundi 7 mai 2018 à 2:33 Par Camille André, France Bleu Drôme Ardèche

Près de 600 ruches vont être inspectées par les autorités sanitaires ces prochains jours dans la Drôme et en Ardèche. Elles pourraient avoir été infestées par le parasite "Aethina Tumida", très destructeur pour les colonies d'abeilles. Jusqu'à maintenant ce coléoptère n'est pas présent en France.

400 ruches vont être inspectées dans la Drôme et 150 autres en Ardèche.
400 ruches vont être inspectées dans la Drôme et 150 autres en Ardèche. © Maxppp - Julio PELAEZ

Drôme, France

Les autorités sanitaires vont inspecter 400 ruches dans le Drôme, 150 en Ardèche et plusieurs centaines dans trois autres départements français ces prochains jours. Elles sont suspectées d'avoir été contaminées par le parasite "Aethina Tumida". Ce coléoptère, connu pour détruire les colonies d'abeilles n'est pour le moment pas présent en France. Cependant ces ruches pourraient avoir été infestées suite à l'importation de reines abeilles issues d'Argentine, il y a une quinzaine de jours. Le risque reste très limité, mais les autorités sanitaires ne veulent pas laisser la place au doute. 

Des doutes autour d'un lot de 1000 reines abeilles importé d'Argentine

L'origine de cette suspicion provient de contrôles des services vétérinaires sur un lot de 1000 reines abeilles importé d'Argentine. Des œufs d'insectes ont été découverts dans les ruches de voyage qui ont accompagné les reines. Mais entre temps, ces reines ont été livrées aux apiculteurs qui les avaient commandées. Elles pourraient avoir contaminé leurs nouvelles ruches. 

Par mesure de précaution, les directions départementales de la protection des populations ont donc été saisies. Elles vont inspecter toutes les ruches potentiellement contaminées dans les jours qui viennent. Elles les réexamineront de nouveau dans un mois. Cinq départements sont concernés, mais plus de la moitié des ruches suspectées se trouvent dans la Drôme et en Ardèche.

"99,9% de chances que ce ne soient pas des œufs d'Aethina Tumida"

Les premières analyses réalisées par les autorités sanitaires indiquent qu'il y a très peu de risques que ces œufs soient ceux du terrible coléoptère. Didier Fabre le directeur adjoint de la protection des populations de la Drôme veut rassurer les apiculteurs: "Il ne faut pas que les gens aient peur. Il y a de fortes chances que ce ne soit pas l'Aethina Tumida". Par ailleurs l'Argentine n'est pas un pays infesté par ce parasite. Des contrôles sanitaires ont été effectués au départ et à l'arrivée de ces abeilles. "Le personnel qui a importé fait les choses sérieusement, il y a une bonne traçabilité", indique Didier Fabre. C'est donc par principe de précaution que ces ruches restent sous surveillance

Ce parasite est devenu un fléau aux États-Unis

"Avec ce parasite le pire, c'est les larves ", indique Frédéric Bourgeaud, le président du syndicat apicole de Drôme-Ardèche, "les larves mangent le miel, il y a de la fermentation et ensuite ce miel n'est plus consommable. La ruche peut-être détruite après ça", décrit-il.  Aux États-Unis, les apiculteurs utilisent de nombreux produits chimiques pour lutter contre les effets de ce coléoptère. "En France et en Europe on ne travaille pas comme ça, ces produits sont interdits. On n'a pas du tout envie d'aller vers ça", tranche Frédéric Bourgeaud, qui croise les doigts pour ces œufs ne soient pas ceux d'un Aethina Tumida.

Ce coléoptère n'est pas présent naturellement en Europe, mais en 2014 l'Italie a détecté sa présence suite à des importations en Calabre. Une zone de protection a été mise en place. Elle implique l'interdiction des exportations, de tout déplacement des ruches et une intense surveillance. Le parasite a encore été détecté à l'été 2017 dans plusieurs ruchers.