Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Confinement - Coronavirus : 100% solidaire

Coronavirus : des ateliers de maroquinerie de luxe fabriquent des masques dans la Drôme

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Des sous-traitants ou des usines qui travaillent pour des grandes marques ont réorienté une partie de leur production pour faire des masques en tissu. C'est le cas de l'atelier Louis Vuitton à Marsaz en Drôme des collines et de MMD à Granges-lès-Beaumont.

Fabrication de masques par Louis Vuitton, ici dans l'atelier de Sainte-Florence en Vendée
Fabrication de masques par Louis Vuitton, ici dans l'atelier de Sainte-Florence en Vendée - David Gallard

A Marsaz, une vingtaine de maroquiniers volontaires travaillent à la fabrication de masques non chirurgicaux. Quatre autres ateliers Vuitton en France sont mobilisés. Objectif : produire 100 000 masques par semaine. "On est tous dans cette panade" dit Michael Burke, le PDG de Vuitton, qui visitait l'atelier de Sainte-Florence en Vendée la semaine dernière : "on vit une période inédite, inimaginable, impensable. A chacun de contribuer pour s'en sortir. Un jour, il faut que les ateliers et tout le monde se mettent à retravailler, et pour cela, il faut se protéger."

Des ateliers de maroquinerie de luxe produisent des masques dans la Drôme

La production de maroquinerie, arrêtée un temps, reprend progressivement. Les masques fabriqués par Vuitton servent aux salariés de ses propres ateliers, mais 80% sont offerts aux EHPAD et aux professions exposées, en dehors des soignants. Le groupe explique regarder les besoins avec les acteurs locaux.

A Granges-lès-Beaumont, MMD sous-traitant pour d'autres fabricants

MMD, la Manufacture de Maroquinerie du Dauphiné à Granges-lès-Beaumont, travaille elle aussi d'ordinaire pour des grandes marques du luxe. Mais depuis trois semaines, une ligne de production sert à fabriquer 6000 masques par semaine, avec une quinzaine de volontaires. 

Fabrication de masques sur le site MMD à Granges-lès-Beaumont (Drôme)
Fabrication de masques sur le site MMD à Granges-lès-Beaumont (Drôme) - Groupe Tolomei – MMD

MMD fabrique en sous-traitance pour des donneurs d'ordre qui se retrouvent avec des commandes de millions de masques. L'entreprise travaille avec des partenaires comme Chamatex, Boldoduc, Veyret Technique Découpe. 

Fabrication de masques sur le site de MMD à Granges-lès-Beaumont (Drôme)
Fabrication de masques sur le site de MMD à Granges-lès-Beaumont (Drôme) - Groupe Tolomei – MMD

Il a fallu s'adapter explique Nicolas Jouvel, le directeur du site de Granges-lès-Beaumont : "il a fallu qu'on trouve des équipements plus spécifiques. Dans la maroquinerie, on a certains équipements qui ne sont pas exactement les mêmes que les machines textiles. Donc, là, encore une fois, avec l'aide de nos partenaires, avec l'aide du lycée technique de Valence également, on a pu avoir des machines ; rapidement, former les premiers volontaires parce que la fabrication a démarré, et c'est toujours le cas d'ailleurs, sur la base du volontariat de nos équipes, que l'on a formées, qui se sont auto-formées même, j'allais dire, pour fabriquer des masques."

MMD ne s'est pas donné de date butoir mais compte poursuivre la fabrication de masques sur les quatre à huit semaines qui viennent, en fonction des besoins.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu