Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
An Error Occurred: Forbidden

Oops! An Error Occurred

The server returned a "403 Forbidden".

Something is broken. Please let us know what you were doing when this error occurred. We will fix it as soon as possible. Sorry for any inconvenience caused.
Santé – Sciences

Ardèche : du vélo assisté pour aider les malades du cancer

mercredi 18 avril 2018 à 5:02 Par Adrien Toffolet, France Bleu Drôme Ardèche

La Ligue contre le cancer profite des beaux jours pour proposer au malades en traitement ou en fin de traitement pour lancer ses activités physiques adaptées hors les murs. Séance de vélo avec assistance électrique pour reprendre goût au sport et savourer ses bienfaits contre le cancer.

Remonter à vélo, avec une assistance électrique, pour retrouver l'énergie
Remonter à vélo, avec une assistance électrique, pour retrouver l'énergie © Radio France - Adrien Toffolet

Grospierres, France

Quelques derniers conseils avant le départ et c'est parti pour les 22 participants. Des malades ou anciens malades du cancer qui ont été épuisés par les chimiothérapies et les radiothérapies. Ils ont à leur disposition des vélos avec assistance électrique. Une bonne façon de remonter sur un vélo. La plupart n'ont pas eu beaucoup d'activité physique depuis le diagnostic de leur maladie. Certaines ne sont pas montées sur une bicyclette depuis des années.

Au bout de 20 minutes de balade sur la voie verte près de Grospierres, tout revient et le verdict est sans appel. Viviane, essoufflée mais heureuse de se sortir de la tête ses six années de traitements.

"Ça s'est bien passé, après un démarrage un peu difficile."

"C'est vraiment très confortable, très agréable. C'est la première fois depuis de nombreuses années que je remonte sur un vélo, surtout depuis mes soucis médicaux. Je ne savais pas du tout si j'en étais capable. Aujourd'hui je vois que je suis capable et que c'est très confortable. C'est un vrai plaisir, je suis ravie !"

Queslques explications sont nécessaires avant de reprendre le vélo - Radio France
Queslques explications sont nécessaires avant de reprendre le vélo © Radio France - Adrien Toffolet

Même constat pour Andrée. Elle chuté plusieurs fois pendant la séance, mais s'est toujours relevée amusée. "Je me suis scratché mais c'est pas grave, c'était bien", raconte Andrée souriante, "c'est une 1ère pour moi, je trouve ça génial et je recommencerai !" Elle a subi mastectomie, chimiothérapie et radiothérapie. Et elle n'était pas montée sur un vélo depuis la détection de son cancer du sein.

Du sport, elle en a fait beaucoup, mais elle faisait son grand retour sur un vélo : "ça faisait plus de 2 ans à cause de la maladie. Après, on a plus de repères, on a plus d'énergie. Avec le vélo, et le sport de manière générale, l'énergie revient."  "Le sport, ça redonne l'espoir, et moi je le dis à tout le monde : en chimiothérapie, ce qui m'a sauvé c'est le sport. Je faisais mes chimios, le lendemain j'étais au cours de sport."

Le sport contre la maladie

Cette séance, c'est aussi une occasion de sortir du cadre de l’hôpital et de tisser des liens entre malades et anciens malades. Agnès a été traitée pour un cancer du sein, elle a terminé sa radiothérapie fin janvier : "c'est convivial, ça permet de rencontrer d'autres personnes, d'écouter leur parcours aussi et de voir qu'on est pas tout seul dans son coin." Pour Andrée également, "avec une solidarité comme ça, on peut oublier la maladie."

La séance est encadrée par Mélanie Eichelberger, enseignante en activités physiques adaptées à la Ligue contre le cancer de l'Ardèche. Tout au long du parcours, elle a elle aussi enfourché un vélo pour soutenir les participantes. 

C'est plutôt concluant. Des personnes qui n'en avaient jamais fait et qui, agréablement surprises, réussissent super bien !

"Elles veulent continuer ! Et pour les personnes qui ont un peu plus de difficultés, on a réussi à trouver très vite une façon d'adapter l'activité et elles se sont quand même fait plaisir dessus, à leur niveau, sans trop forcer."

Pour elle, le sport adapté est une solution qui améliore concrètement la vie des malades : "j'avais envie de montrer aux personnes qui sont malades que les sports nature ne sont pas interdits. Que ce n'est pas parce qu'on ne fait que du sport en salle qu'on ne doit pas en faire à l'extérieur. J'ai choisi le vélo car c'est à la fois une activité physique mais c'est aussi un moyen de locomotion."

Reprendre une vie normale

Elle précise : "ça peut avoir un triple impact : aussi bien sur leur santé, pour améliorer les traitements, pour se sentir mieux au quotidien au niveau de la fatigue. Mais aussi pour se déplacer dans le quotidien, pour aller au marché par exemple, au lieu de prendre la voiture. Et aussi au niveau psychologique, ça permet de se rendre compte qu'on est encore capable de faire une activité qu'on pensait super compliquée."

Après le vélo, ce sera le tour du canoë-kayak, puis la constitution qu'une équipe de football féminine. Bref, reprendre une vie normale, comme si de rien n'était. Certaines ont pour objectif de participer, le 20 juillet, le jour avant le passage du tour de France en Ardèche, à l'étape organisée par "Donnons des Elles Au Vélo J-1", une association qui milite pour l'égalité hommes-femmes et précède toute la course des hommes.