Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Indemnisation des parents, cours à distance : ce que l'on sait sur la fermeture des écoles liée au coronavirus

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Dès lundi 16 mars, tous les établissements scolaires seront fermés dans toute la France pour contrer la pandémie de coronavirus. C'est l'une des principales mesures annoncées par Emmanuel Macron jeudi soir. France Bleu vous explique comment, en pratique, cette mesure va entrer en vigueur.

Toutes les écoles sont fermées jusqu'à nouvel ordre.
Toutes les écoles sont fermées jusqu'à nouvel ordre. © AFP - Pascal GUYOT

Toutes les crèches, tous les établissements scolaires et les universités seront fermés à partir du lundi 16 mars "jusqu'à nouvel ordre" pour "réduire la propagation" du coronavirus (Covid-19), la "plus grave crise sanitaire" que la France ait traversé depuis un siècle, selon le président de la République, Emmanuel Macron qui s'est exprimé jeudi soir dans une allocution. Douze millions d'élèves sont concernés en France par cette fermeture d'établissements scolaires.

"Dès lundi, et jusqu'à nouvel ordre, les crèches, les écoles, les collèges, les lycées et les universités seront fermés." - Emmanuel Macron

Un arrêt de travail indemnisé

Si vous devez gardez votre enfant de moins de 16 ans, vous pourrez normalement bénéficier d'un arrêt de travail indemnisé. Cela concernera un des deux parents. C'est à l'employeur de déclarer cet arrêt sur un site spécialement créé. Selon l'Assurance maladie, "l’arrêt de travail sera délivré pour une durée de 14 jours calendaires à compter de la date de début de l’arrêt".

"C'est un arrêt maladie sans qu'ils soient malade, c'est sans aller chez le médecin, il n'y a pas de délai de carence, c'est dès le premier jour qu'on est pris en charge, et c'est l'employeur qui le déclare", a expliqué la ministre du Travail Muriel Pénicaud vendredi matin. "Le salarié va rester chez lui, et l'employeur va envoyer l'attestation à la Sécurité sociale pour se faire rembourser", a-t-elle précisé.

"L'employeur ne peut pas dire non, c'est automatique, si vous avez un enfant de moins de 16 ans, qui est en crèche ou école, et que le télétravail n'est pas possible vous y avez droit automatiquement", a ajouté la ministre. Un décret prévoit que "c'est possible 20 jours, on verra après, ce sera le temps qu'il faut".

L'indemnisation vous sera versée, quel que soit votre régime de sécurité sociale (général, agricole, spécial ou indépendant). Attention cependant, si pouvez faire du télétravail, vous n'avez pas le droit à un arrêt de travail indemnisé.   

Service de garde exceptionnel et chômage partiel

Emmanuel Macron a également annoncé "un service de garde sera mis en place région par région" pour que les personnels "indispensables à la gestion de la crise sanitaire" puissent "faire garder leurs enfants et continuer d'aller au travail", a-t-il ajouté. Cela concerne notamment les personnels dont les métiers ont un rapport avec les services de secours, services sanitaires ou services hospitaliers.

Le président de la République a aussi annoncé des mesures "exceptionnelles et massives" de chômage partiel. "L'Etat prendra en charge l'indemnisation des salariés contraints à rester chez eux. (...) Je veux que nous puissions protéger aussi nos indépendants, et donc nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour donner cette garantie sur le plan économique".

Combien d'élèves et étudiants concernés ?

Il y a plus de 12 millions d'élèves scolarisés, de la maternelle au lycée. Environ 420.000 élèves, dans les foyers de l'épidémie identifiés en France, étaient déjà concernés par les fermetures de leurs établissements. Pour les étudiants, les 180 établissements publics, dont 74 universités, le ministère de l'Enseignement supérieur va assurer "une continuité pédagogique", de manière à "faire fonctionner l'enseignement dans des conditions exceptionnelles".

Comment les élèves vont-ils pouvoir continuer à suivre un enseignement ?

"La période qui s'ouvre n'est pas une période où les enfants ne doivent pas travailler", a averti lors d'une conférence de presse ce jeudi soir le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer après l'annonce de la fermeture dès lundi des écoles, collèges et lycées pour endiguer l'épidémie de coronavirus.

Pour assurer la continuité de l'enseignement, des écoles aux universités, à partir de lundi, les ministères de l'Education et de l'Enseignement supérieur ont prévu des dispositifs d'enseignement à distance. L'Education nationale met à disposition les ressources du Cned, le Centre national d'enseignement à distance, dont la plateforme "Ma classe à la maison" comporte deux volets. 

Des dispositifs à distance

Le premier propose, de la grande section à la Terminale, des exercices qui portent sur les programmes. Chaque jour, pendant un total cumulé de quelques heures fractionnées en plusieurs séances, l'élève peut réviser les notions déjà apprises. Un questionnaire permet d'adapter les exercices au niveau de chacun.  Le deuxième volet est une "classe virtuelle", où le professeur peut faire cours à ses élèves par visioconférence. Les connexions sont possibles par ordinateur, tablette ou téléphone. Environ trois ou quatre heures d'activités sont proposées chaque jour aux élèves dans des matières différentes.

Selon l'Education nationale, la plateforme "Ma classe à la maison" peut supporter désormais 15 millions de connexions simultanées. Elle est déjà utilisée par environ 2.000 élèves de lycées français en Asie, principalement en Chine, depuis plusieurs semaines. Selon Jean-Michel Blanquer, ces dispositifs à distance ne peuvent donc être que provisoires. "Notre but c'est qu'aucun élève ne reste au bord du chemin, dans une période exceptionnelle comme celle-ci", selon le ministre de l'Éducation nationale. 

L'autre outil à disposition est les ENT, les Espaces numériques de travail, des intranets propres à chaque établissement, un système généralisé dans le second degré mais peu répandu dans le premier. Élèves et enseignants peuvent y échanger cours, exercices et messages.

Edouard Geffray, le directeur général de l'enseignement scolaire explique, au micro de France Bleu, les mesures mises en place en détail.

Quel dispositif pour les élèves sans ordinateur ? 

Pour permettre à tous les élèves de bénéficier de cet enseignement à distance, notamment virtuel, le ministre de l'Education nationale a indiqué qu'avec l'aide "des collectivités locales", le gouvernement sera "capable d'accompagner les élèves qui n'ont pas d'équipements informatiques, je pense que cela représente 5 % des élèves aujourd'hui". Les professeurs pourront aussi, par exemple, imprimer des cours à ces élèves, qu'ils viendront récupérer sur place au sein des établissements, explique-t-on au ministère, qui cite des expériences similaires menées ces derniers jours dans des écoles fermées de l'Oise. Durant cette période, les professeurs peuvent en effet avoir accès aux établissements scolaires, a-t-on rappelé au ministère.

Les concours et examens maintenus "à ce stade" 

"Il ne faut pas que ça dure trop longtemps, surtout pour les classes qui ont des examens en fin d'année, qui ne peuvent se permettre de prendre trop de retard", a expliqué jeudi soir Frédérique Rolet, co-secrétaire générale du Snes-FSU (secondaire) à l'AFP. Jean-Michel Blanquer s'est dit aussi "favorable à ce stade" au maintien des concours et examens.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess