Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ehpad Saint-Exupéry à Toulouse : pour l'ARS Occitanie, la situation est sous contrôle

-
Par , France Bleu Occitanie

Au lendemain de négligences dénoncées par une aide-soignante de l'Ehpad Saint-Exupéry à Toulouse, dans la méthode pour faire face à l'arrivée du variant britannique du coronavirus dans l'établissement, l'Agence régionale de santé assure que tout a été fait dans les règles.

L'Agence régionale de santé assure que toutes les procédures ont été respectées pour endiguer la propagation du variant britannique du Covid dans l'Ehpad Saint-Exupéry à Toulouse (illustration).
L'Agence régionale de santé assure que toutes les procédures ont été respectées pour endiguer la propagation du variant britannique du Covid dans l'Ehpad Saint-Exupéry à Toulouse (illustration). © Radio France - Géraldine Hallot

Deux résidents de l'Ehpad Saint-Exupéry à Toulouse sont morts du variant anglais du virus du Covid-19, une femme et un homme de 93 ans. Onze personnes, huit résidents et trois membres du personnel sont positifs dans cet établissement et onze autres cas pourraient également être liés à ce variant britannique du coronavirus. Des questions se posent au lendemain des accusations portées par l'une des aide-soignantes qui y travaille et qui assure qu'on a "laissé le variant anglais se propager". Une enquête épidémiologique est lancée pour déterminer l'origine de la contamination et l'ARS (Agence régionale de santé) s'en explique. 

Les mesures d'isolement adaptées ont été rapidement prises

La salle à manger commune a-t-elle été laissée ouverte alors que les variants étaient déjà là, comme l'affirme cette aide-soignante de l'Ehpad Saint-Exupéry à Toulouse, dont France Bleu Occitanie a recueilli le témoignage ? "Ce n'est pas tout à fait vrai", répond Laurent Poquet, directeur départemental de l'Agence régionale de santé en Occitanie. Le premier cas de variant est apparu le 4 janvier 2021, explique-t-il.

"Et le 11 janvier, nous avons eu la confirmation du variant anglais. À partir de là, les visites ont été suspendues et les résidents ont pris leurs repas dans leurs chambres et tous les lieux communs ont été fermés", résume le responsable de l'ARS de manière catégorique. "Face à un cluster, peu importe son origine, les établissements prennent des mesures de gestion en isolant les personnes positives", assure encore Laurent Poquet.

"Le CCAS a fait les approvisionnements nécessaires." - Laurent Poquet, directeur départemental de l'ARS Occitanie

Sur la question d'un éventuel manque de matériel, là encore, le délégué départemental de l'Agence régionale de santé n'a aucune hésitation. "Le CCAS a fait les approvisionnements nécessaires, mais il faut savoir que quand on travaille sur un secteur contaminé, les mesures de protection sont prises et il ne sert à rien de changer de blouse entre chaque visite."

"Les mesures de gestion prises par le CCASS sont adaptées", assure Laurent Poquet de l'ARS

À ce jour, 42 résidents de l'Ehpad Saint-Exupéry à Toulouse sont positifs au coronavirus dont huit au moins qui ont le variant. À ce bilan, s'ajoute la contamination de 19 professionnels de santé et un étudiant. Trois d'entre eux ont également été testés positifs au variant britannique. Malgré ce bilan, "la situation est sous contrôle dans l'Ehpad Saint-Exupéry à Toulouse", résume Laurent Poque. "Parce que les mesures de gestion prises par le CCAS de Toulouse sont très adaptées."

Certains résidents de l'Ehpad ont pu être vaccinés

On ne vaccine pas dans un Ehpad dès lors que plus de la moitié des résidents sont positifs. Ce n'était pas le cas au début de la campagne de vaccination. Les pensionnaires du secteur d'unité protégée, complètement isolés dans l'établissement, ont été vaccinés ainsi que les personnels qui n'ont pas travaillé depuis l'apparition de ce variant britannique à l'intérieur de l'Ehpad.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess