Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

L'infirmière de nuit ne pourra pas accomplir de geste médical en EHPAD

mercredi 30 mai 2018 à 17:14 Par Philippe Paupert, France Bleu Vaucluse

La ministre de la Santé suggère de rendre obligatoire une infirmière chaque nuit dans les maisons de retraite. À Bédarrides, le directeur et l'infirmière d'une maison de retraite préconisent de recruter du personnel pour accompagner le coucher des résidents.

Le personnel de la maison de retraite de Bédarrides regrette que l'infirmière de nuit ne puisse pas accomplir de geste médical
Le personnel de la maison de retraite de Bédarrides regrette que l'infirmière de nuit ne puisse pas accomplir de geste médical - EHPAD 7 Rivieres

Bédarrides, France

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a présenté mercredi un "plan de prise en charge de la dépendance". Le plan est très attendu après la mobilisation fin janvier des personnels des EHPAD, les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes. Les employés réclament du personnel supplémentaire. La ministre Agnes Buzyn propose de rendre obligatoire la présence d'une infirmière de nuit dans chaque établissement.  

A la maison de retraite des Sept Rivières à Bedarrides, il n'y a pas d'infirmière la nuit. Le directeur Eric Matteo apprécierait la présence d'une infirmière chaque nuit dans cet EHPAD mais il exclut le partage avec d'autres établissements : "ce n'est pas pertinent : il n'y a pas d'astreinte  médecins de garde et les infirmières ne peuvent pas prendre des responsabilités médicales." 

La cadre de santé de cet établissement - également infirmière de jour - souligne qu'une infirmière peut "assurer une surveillance nocturne mais pas un acte médical. Cela garantit une continuité des soins de jour comme les intraveineuses et ça peut désengorger les hôpitaux mais pas les urgence car s'il se passe quelque chose la nuit, l'infirmière appellera  le SAMU comme le font les aides soignantes actuellement. Une infirmière ne peut pas diagnostiquer s'il y a une fracture. Il faut le regard d'un médecin."

Eric Matteo "Une infirmière la nuit serait un atout supplémentaire pour la continuité des soins"

Du personnel pour accompagner le coucher plutôt qu'une infirmière de nuit

Pour éviter que les personnes âgées déambulent dans les couloirs la nuit, la direction de la maison de retraite préconise le recrutement de personnel supplémentaire pour apaiser le coucher. Le directeur Eric Matteo reconnait que deux personnes chaque nuit pour veiller sur 98 résidents, ce n'est pas assez mais "il y a des EPAHD qui n'ont pas d'infirmière le weekend ou après 15 heures." 

L'infirmière - de jour - de cette maison de retraite explique qu'une infirmière ne pourra pas procéder à un geste médical : "nous faisons appel au SAMU car avant d'être un lieu de soin, une maison de retraite est un lieu de vie. Nous ne sommes pas équipés pour des soins médicaux"

Cette infirmière ajoute que "s'il y a de chutes de résidents la nuit dans les EHAPD, c'est qu'ils souffrent de troubles et de déambulation qui provoquent parfois des chutes.  Avoir du personne qui les relève et les accompagne vers leur lit pour les endormir paisiblement est plus important qu'un acte soignant dans une maison de retraite".

Maryse Godet Cicard "davantage d'accompagnants pour endormir paisiblement les résidents est plus important qu'un acte soignant"