Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Elus et CGT se mobilisent face à la fermeture annoncée d'un service à l’hôpital de Saint Junien

vendredi 22 juin 2018 à 19:25 Par Jérôme Ostermann, France Bleu Limousin

Le service des soins continus polyvalents va fermer le 1er juillet prochain à l’hôpital de Saint Junien, car la direction ne trouve pas de remplaçant à un anesthésiste sur le départ. Les élus locaux et le syndicat CGT demandent une enveloppe exceptionnelle pour maintenir ce service.

Elus et syndicalistes unis pour défendre l’hôpital de Saint Junien
Elus et syndicalistes unis pour défendre l’hôpital de Saint Junien © Radio France - Jérôme Ostermann

Saint-Junien, France

A leurs yeux, c'est une nouvelle attaque en règle contre cet hôpital de proximité qui rayonne sur l'ouest de la Haute-Vienne, mais aussi la Charente voisine. Le service soins continus polyvalents va fermer le 1er juillet à l’hôpital de Saint Junien, car la direction n'arrive pas à remplacer un médecin anesthésiste sur le départ. Une situation inacceptable selon les élus notamment le maire Pierre Allard et pour le syndicat CGT fortement mobilisé sur le sujet. 

Ils ont prévu de se rassembler devant l’hôpital le 27 juin, alors que dans les étages se tiendra le conseil de surveillance auquel ils comptent s'inviter. L'idée étant d'interpeller la direction et obtenir un rendez-vous avec un représentant du ministère de la santé. A défaut d'un recrutement en bonne et due forme, ils attendent une mesure d'urgence, une enveloppe qui permettrait à l’hôpital de prendre un anesthésiste par intérim, même si cela coûte très cher. 

De son côté, la direction précise qu'elle a du faire des choix face à la pénurie nationale d’anesthésistes, en concentrant ses anesthésistes sur la chirurgie et l'obstétrique. Si elle dit comprendre la position du personnel, elle affirme que les soins continus polyvalents ne sont pas a proprement dit un service, et que de toute façon, les patients seront toujours suivit mais dans les services où ils ont été opérés. Tout ce petit monde devrait de toute façon se voir, au plus tard le 27 juin lors du conseil de surveillance.