Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Emmanuel Macron confirme à Montpellier le "zéro reste à charge" d'ici la fin du quinquennat

mercredi 13 juin 2018 à 16:35 Par Guillaume Roulland, France Bleu Hérault et France Bleu

Un appareil auditif, des couronnes dentaires ou une paire de lunettes pour zéro euro seulement. Ce n'est pas le dernier slogan publicitaire d'un célèbre opticien, mais la promesse d'Emmanuel Macron, faite ce mercredi devant les participants du 42e congrès de la Mutualité Française à Montpellier.

 Emmanuel Macron, sur la scène du grand auditorium Berlioz à Montpellier.
Emmanuel Macron, sur la scène du grand auditorium Berlioz à Montpellier. © Radio France - Guillaume Roulland

Montpellier, France

En son temps, François Hollande se moquait en privé des "sans dents". Son successeur veut en offrir de nouvelles à ceux qui ne peuvent pas les payer. Emmanuel Macron, pour sa première visite officielle dans l'Hérault en tant que président de la République, a donc confirmé ce mercredi ce que les mutuelles françaises, l'État et la Sécurité sociale ont mis plusieurs mois à négocier : le fameux "reste à charge zéro".

D'ici la fin du quinquennat, les Français ne devraient plus avoir à payer le moindre centime pour bénéficier de lunettes adaptées à leur vue, de prothèses dentaires ou d'appareils auditifs. C'était une promesse de campagne. Elle deviendra bientôt réalité.

Révolutionner la solidarité nationale

Le chef de l'État s'est exprimé pendant plus d'une heure, sur la scène du grand auditorium Berlioz, quelques heures après avoir fait le buzz avec une déclaration enregistrée la veille par une de ses conseillères en communication et dans laquelle il fustigeait le coût de la politique sociale. C'est sans doute la raison pour laquelle le président est resté autant inaccessible à la presse ce mercredi. Eviter les questions qui fâchent.

Afin de faire oublier au plus vite cette séquence pour le moins maladroite, Emmanuel Macron a donc prôné ce mercredi midi une véritable "révolution de la solidarité nationale" basée sur trois grands principes: la prévention, l'universalité et la dignité.

De nouveaux examens médicaux gratuits

Ainsi, des consultations dentaires gratuites seront mises en place pour tous les enfants de trois ans et les jeunes de 24 ans. De nouvelles consultations de dépistage des troubles visuels et auditifs seront également assurées par la médecine scolaire. Enfin, le bon docteur Macron souhaite aussi augmenter le nombre d'audio-prothésistes ou d'assistants dentaires.

Plusieurs questions restent néanmoins posées. Le calendrier précis de ces nouvelles mesures est encore vague et beaucoup de congressistes s'interrogeaient, à la sortie du discours présidentiel, sur leur financement.

La seul date réellement annoncée par le chef de l'État est celle du lancement d'une nouvelle loi sur le financement de la dépendance. Avant fin 2019.

Des congressistes dubitatifs

Tiraillés par la faim, et restant un peu sur leur fin, beaucoup de mutualistes, en sortant du grand auditorium Berlioz, sont restés pour le moins circonspects sur les annonces faites quelques minutes plus tôt (réactions à écouter plus bas). De quoi nourrir leurs débats pour les deux jours qui restent.

Car le 42e congrès de la Mutualité française se poursuit jusqu'à vendredi à Montpellier, mais cette fois-ci, sans le Président de la République.

Réactions de mutualistes après le discours d'Emmanuel Macron

Extrait du discours d'Emmanuel Macron à Montpellier