Santé – Sciences

En 2016, les personnes porteuses du VIH sont encore discriminées

Par Alexandre Berthaud, France Bleu Isère et France Bleu mercredi 30 novembre 2016 à 18:59

La journée mondiale de lutte contre le sida c'est tous les 1er décembre depuis 1988
La journée mondiale de lutte contre le sida c'est tous les 1er décembre depuis 1988 © Maxppp - .

Chaque année la médecine progresse dans le traitement du virus du VIH, mais les mentalités mettent plus de temps à évoluer. Les personnes infectées subissent toujours des discriminations, dans leur vie quotidienne.

"D'abord c'était un collègue, puis quand je l'ai enfin dit à mon frère il m'a répété la même chose. 'Comment on fait si tu te coupes ? Si tu saignes ?' Je pense que ce sont surtout des peurs". Patrick a 60 ans, il travaillait dans l'administration, et est séropositif depuis 1990. "Ce foutu préservatif qui a craqué, j'y repense souvent", ajoute-t-il, lui qui a été contaminé après qu'un préservatif ait "craqué".

Il y pense chaque jour, quand il prend ses huit gélules quotidiennes (les malades les plus légers n'ont qu'une seule gélule à prendre chaque jour), qui le maintiennent en vie, le rendent non contagieux, mais le fatiguent beaucoup. Une vie déjà compliquée de malade, à laquelle s'ajoute la discrimination au quotidien.

Un tiers des dentistes refusent les séropositifs

Une discrimination qui ne se limite pas à la sphère privée ou professionnelle. Selon un rapport publié par l'association Aides en 2015, les personnes infectées par le VIH sont souvent discriminées au niveau de l'accès à la santé. Aides a mené des tests : un tiers des cabinets dentaires refusent, de manière masquée ou non, des soins aux patients atteints par le VIH. Au niveau des gynécologues, le chiffre est plus faible (5%) mais le cas existe aussi.

Et alors que les traitements ont évolué et permettent aux malades soignés d'avoir une vie tout à fait "normale", il est toujours impossible pour un malade un VIH de devenir militaire, et d'accéder à la plupart des fonctions dans la police ou les sapeurs-pompiers.

"On peut être champion olympique avec le VIH"

La journée mondiale de lutte contre le SIDA organisée le 1er décembre va donc à l'encontre de ces discriminations. Via une fresque à Grenoble, mais aussi via une communication des professionnels. "Il ne faut pas minimiser la maladie, qui tue encore si on ne la dépiste pas, mais quand elle est dépistée assez tôt, la personne porteuse peut avoir des enfants, devenir chirurgienne, devenir championne olympique", explique Olivier Epaulard, professeur au CHU de Grenoble en maladies infectieuses.

Quelques chiffres

  • 150 000 personnes sont porteuses du VIH en France, dont 923 en Isère
  • En plus, les spécialistes estiment à 28 000 (20% du total) le nombre de personnes porteuses du VIH qui le ne savent pas
  • En 2016, 31 personnes ont été contaminées en Isère, pour un total dépassant les 6000 en France.
  • Zéro : une personne porteuse du VIH mais suivant un traitement n'est pas contagieuse, même sans préservatif.

Partager sur :