Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

En 30 ans, le nombre d'AVC chez les moins de 50 ans a doublé en Côte-d'Or

dimanche 28 octobre 2018 à 15:43 Par Lila Lefebvre, France Bleu Bourgogne

La journée mondiale de l'Accident Vasculaire Cérébral ce lundi 29 octobre est l'occasion de rappeler que ces accidents progressent en France. On le constate au service de neurologie du CHU de Dijon où les AVC chez les moins de 50 ans ont doublé en 30 ans.

IRM du cerveau au CHU de Montpellier.
IRM du cerveau au CHU de Montpellier. © Maxppp - Alex Baillaud

Dijon, France

L'Accident Vasculaire Cérébral, ou infarctus cérébral est la première cause de mortalité chez les femmes, de handicap acquis hommes et femmes confondus, on en dénombre un toute les quatre minutes, chaque année 5000 cas sont diagnostiqués en Bourgogne, 14000 au seul CHU de Dijon. Aujourd'hui en France, on a une chance sur trois de mourir lorsqu'on fait un AVC. Pourtant la recherche, et les traitements avancent, c'est pourquoi il est important de connaitre les méthodes de dépistage. Le service de neurologie du CHU de Dijon ce mobilise donc ce lundi pour la journée mondiale de l'AVC. 

C'est un problème de santé publique qui n'est pas pris à la légère au CHU de Dijon. Depuis 1985, le service de neurologie a comptabilisé tous les AVC qu'il a eu à traiter et a repéré une forte hausse chez les patients dits "jeunes", c'est-à-dire de moins de 50 ans. "Le nombre d'AVC chez les moins de 50 ans a doublé en 30 ans, s'alarme Yannick Béjot, neurologue au CHU de Dijon, en cause les mauvaise habitudes de vie, l'alimentation d'abord, les jeunes mangent plus gras et plus sucré qu'avant ce qui est une lourde cause d'AVC, et puis le tabagisme ne diminue pas pendant que la consommation de cannabis augmente"

La recherche avance

Mais en parallèle, les techniques ont aussi évolué rappelle le professeur Yannick Béjot, "en particulier à partir de 2003 avec l'arrivée d'un traitement spécifique qui permet de traiter l'AVC ischémique par intraveineuse, et depuis trois ans maintenant grâce à une sonde qui permet d'aller chercher directement le caillot dans l'artère"

Pour que ces traitements soient efficaces, il est essentiel de repérer les AVC très tôt, ci-dessous quelques moyens de dépistages :