Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

En Charente-Maritime, l'obésité n'est pas une fatalité : les hôpitaux se mobilisent pour faire de la prévention

mercredi 7 mars 2018 à 6:00 Par Catherine Berchadsky, France Bleu La Rochelle

L'obésité réduit l'espérance de vie de 5 à 7 ans. Pour mieux lutter contre la maladie, il faut mieux la comprendre, c'est le credo des professionnels de santé du département qui participent à Royan comme à Rochefort, à des programmes de prévention et d'accompagnement.

L'obésité touche 15% de la population en France
L'obésité touche 15% de la population en France © Maxppp - Bruno Lesveque

Charente-Maritime, France

L'obésité est une maladie chronique aujourd'hui de plus en plus répandue dans le monde. En France, on considère qu'elle touche 6 millions et demi de personnes, 15% de la population nationale. 

A la Clinique Pasteur de Royan , les professionnels de santé participent régulièrement à des campagnes de sensibilisation  et de prévention.

"L'obésité n'est pas une fatalité, il y a des moyens d'en guérir" assure un chirurgien viscéral de la clinique Pasteur, mais c'est une pathologie qu'il faut prendre en charge " car ça peut être dangereux", c'est ce qu'on appelle l'obésité morbide. Quand la maladie menace la santé en provoquant des sur-maladies , comme l'hypertension artérielle, le diabète ou encore le syndrome d'apnée du sommeil.

Clinique Pasteur à Royan  - Radio France
Clinique Pasteur à Royan © Radio France - Catherine Berchadsky

L'obésité répond à des critères médicaux très précis, on évalue le juste poids d'une personne grâce à son indice de masse corporelle ,  son poids divisé par sa taillé au carré, si cette indice est de plus de 30 on est obèse, mais sans conséquence pour la santé, l'obésité dangereuse dite morbide est définie à partir d'un indice de 40.

L'importante c'est d'avoir une alimentation équilibrée, saine  et d'éviter les produits hyper transformés comme les confiseries et plats tout fait. Mais pour autant, insistent les médecins, il ne doit pas y avoir d'interdit, car la frustration est un facteur d'échec .

A Royan, plus d'une trentaine de patients sont opérés chaque année pour guérir de leur obésité. Ils sont accompagnés par une équipe pluridisciplinaire pendant de longs mois avant et après l'opération,  car l' obésité est une addiction et on n' en sort pas sans un travail en profondeur, c'est pour ça qu'il existe aussi des ateliers avec des groupes de paroles  pour partager les expériences d'anciens patients  et mieux appréhender l'avenir.

Jacky, 63 ans , 125 kg, vient de subir une intervention chirurgicale, une sleeve gastrectomy, l'abblation des deux tiers de l'estomac. Il est suivi depuis un an par l'équipe médicale de la clinique Pasteur, il reconnaît que le programme d'accompagnement est long, mais efficace. Avant même l'opération, il avait déjà perdu 8 kg. ""Il faut changer votre mode alimentaire, manger beaucoup moins vite"  raconte Jacky qui espère arriver  à descendre jusqu'à 80 kilos, et selon les médecins, il a de grandes chances d'y parvenir, il n' y a que 20% d'échecs en moyenne .

Une des 4 opérations les plus pratiquées contre l' obésité  - Radio France
Une des 4 opérations les plus pratiquées contre l' obésité © Radio France - Catherine Berchadsky

A Rochefort,  l'hôpital vient lui de mettre en place un programme d'éducation thérapeutique  à destination des enfants de 6 à 12  ans accompagnés de leurs proches. Le service pédiatrique estime qu'un enfant sur 4, qui est hospitalisé, est en surpoids. Le programme d'éducation thérapeutique va passer par l'organisation d'ateliers visant à apprendre aux enfants ce qu'est une alimentation saine et équilibrée. "Le premier aura lieu en avril prochain" précise Loïc Vallaeys responsable du pôle Femmes/Enfants de L'hôpital de Rochefort.

Loïc Vallaeys cadre responsable du pôle Femmes.Enfants de L'hôpital de Rochefort

Reportage à Clinique Pasteur de Royan qui travaille à la prévention contre l' obésité