Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : les autotests débarquent dans les lycées de Côte-d'Or

-
Par , France Bleu Bourgogne

C'est sans aucun doute le seul examen qu'aucun collégien et lycéen n'aura envie de réussir. L'autotest pour dépister le virus du Covid n'est pas obligatoire, mais fortement recommandé. On vous explique pourquoi.

Agnès Label, infirmière du lycée Charles de Gaulle déballe un auto-test
Agnès Label, infirmière du lycée Charles de Gaulle déballe un auto-test © Radio France - Olivier Estran

"Il faudra enfoncer l’écouvillon sur deux à trois centimètres, et tourner quatre fois. Comptez quatre secondes entre chaque tour." Sur les bancs du Lycée Charles-de-Gaulle à Dijon, certains font la grimace sous leur masque, mais personne ne s'oppose à ce nouvel examen qui débarque dans nos établissements, un autotest pour dépister le coronavirus.

Cette classe de terminale a droit à une présentation détaillé de ce test nasal que chaque élève de plus de 15 ans sera invité à pratiquer une fois par semaine. "Ce n'est pas une mesure obligatoire, mais elle est fortement recommandée" détaille Isabelle Picard la proviseure adjointe de ce lycée. "Et bien sûr, pour tous les élèves mineurs, il nous faudra l'autorisation des parents." 

"En ce qui nous concerne, on va mener ces séances d'autotests dans notre grande salle du foyer afin de garder une distance de deux mètres entre chaque élève. Le résultat sera dévoilé de manière individuelle et confidentielle" poursuit Isabelle Picard. "Ces tests sont fiables à 73%" précise le rectorat.

Des élèves de terminale découvrent la vidéo qui détaille le principe de ces auto-tests
Des élèves de terminale découvrent la vidéo qui détaille le principe de ces auto-tests © Radio France - Olivier Estran

"Le principe de ces autotests est de casser la chaîne de contamination" précise Nathalie Albert-Moretti, la rectrice de l'Académie venue assister au lancement de cette opération. "Le résultat des autotests est connu en un quart d'heure. Si un élève est positif, il devra rentrer chez lui, et faire confirmer cette indication par un test PCR. S'il se révèle aussi positif, il faudra rester en quarantaine comme c'est la norme, et de notre côté, nous devrons fermer la classe. En agissant ainsi, on peut éviter la multiplication de cas au sein d'un lycée."

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

L'examen à ne surtout pas réussir avant le baccalauréat 

"Même si tout cela se met en place à quelques semaines de la fin de l'année scolaire, cela reste très utile " insiste Nathalie Albert-Moretti. "Si un élève se révèle positif, il ne passera pas le Bac avec les autres, mais sera convoqué pour passer les épreuves lors du rattrapage. On ne peut pas garder des personnes porteuses du virus dans la même salle que les autres."

Cet auto-test est réputé moins douloureux que les tests PCR assure l'Académie de Dijon
Cet auto-test est réputé moins douloureux que les tests PCR assure l'Académie de Dijon © Radio France - Olivier Estran

"C'est important pour enfin s'en sortir" - Lou, élève de Terminale

"Ces autotests ne me font absolument pas peur" sourit Lou, une des candidates au bac scientifique. "C'est vraiment important, notre jeunesse a été sacrifiée, et si chacun fait un effort pour s'en sortir, ça pourrait nous aider à avoir une jeunesse un peu plus cool, revoir nos grands parents, retrouver une vie normale. Il ne nous reste que trois semaines de cours, mais si on maintient ce réflexe, ce sera important pour les prochaines années, car sinon c'est sacrifier des cours, sacrifier nos relations." 168.000 autotests sont en cours de distribution dans les collèges et lycées de l'Académie de Dijon

Choix de la station

À venir dansDanssecondess