Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Côte-d'Or : qui veut boire une eau pétillante pour combattre les effets de la Covid ?

-
Par , France Bleu Bourgogne

Le CHU de Grenoble recherche en Côte-d'Or des volontaires pour participer à l'élaboration d'un traitement qui limite les effets de la Covid. Il faut boire une eau pétillante durant trois semaines. C'est très sérieux, et cela pourrait éviter aux patients de passer par la réanimation.

L'étude est menée par le CHU de Grenoble et cherche des volontaires en Côte-d'Or
L'étude est menée par le CHU de Grenoble et cherche des volontaires en Côte-d'Or - DR

Qui veut combattre la Covid en buvant de l'eau pétillante ? Non, ce n'est un nouveau truc de charlatan comme on en voit souvent fleurir sur internet. Cette fois, c'est très sérieux. L'appel est lancé par le CHU de Grenoble, et il est relayé jusque chez nous en Côte-d'Or. 

Voici comment l'hydrogène pourrait nous éviter l'hôpital

Cette étude s'adresse aux personnes qui ont contracté récemment le coronavirus. Il s'agit de limiter les effets de la maladie en buvant deux fois par jour un grand verre d'eau dans lequel on a fait fondre une pastille d'hydrogène. Le professeur Jean-Luc Bosson dirige le "Pôle de santé publique" du CHU de Grenoble et il nous explique son idée : "On cherche à  savoir si l’hydrogène pourrait être un traitement. Cette petite molécule pourrait agir partout où il y en a besoin, notamment sur les poumons. Ça bloquerait l'inflammation qui amène les gens à aller à l'hôpital."

Le kit envoyé aux volontaires
Le kit envoyé aux volontaires - DR

Claire a 44 ans, cette mère de famille dijonnaise a décidé de se prêter au jeu : "Tous les jours, j'ai un petit questionnaire à remplir pour expliquer comment je me sens. On doit faire fondre une pastille d'hydrogène dans un verre d'eau et le boire, une fois le matin, une fois le soir. C'est vaguement bleu, mais ça n'a pas de goût. Ce n'est pas une étude compliquée, et si cela permet aux gens de ne pas aller à l'hôpital , c'est très bien."

"Ça n'a pas de mauvais goût"- Claire, une volontaire

Claire nous raconte l'expérience

Le test dure trois semaines pour les volontaires, et il est mené à Dijon, Nice, Lyon, Grenoble, Valence, Romans-sur-Isère et Montélimar. "Pour mesurer scientifiquement les effets de ce traitement , il faut passer par plusieurs centaines de volontaires", précise le professeur Bosson. "On a donc besoin de dizaines de personnes en Côte-d'Or." On peut prendre contact avec les chercheurs sur le site internet de leur laboratoire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess