Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Dordogne : les laboratoires d'analyses médicales fermés l'après-midi pour cause de grève

-
Par , France Bleu Périgord

Les biologistes dénoncent une baisse des tarifs de 170 millions d'euros dans le budget de la Sécurité sociale. Selon eux, cela signifie des résultats plus tardifs, moins d'embauches de praticiens et la fermeture de sites. Ils envisagent d'aller plus loin dans leur grève, prévue jusqu'au 1er octobre.

Le laboratoire Novabio Saint-Georges à Périgueux, comme bon nombre de sites en France, restera fermé tous les après-midis jusqu'au mardi 1er octobre
Le laboratoire Novabio Saint-Georges à Périgueux, comme bon nombre de sites en France, restera fermé tous les après-midis jusqu'au mardi 1er octobre © Radio France - Jeanne Daucé

Dordogne, France

Porte verrouillée et volets baissés : pas d'analyses médicales possibles ! Devant ce laboratoire d'analyses médicales à Périgueux, fermé ce lundi après-midi, une demi-douzaine de patients, venus pour des analyses ou pour récupérer leurs résultats, sont étonnés de tomber sur une porte close.

Car jusqu'au mardi 1er octobre inclus, les laboratoires d'analyses médicales sont fermés l'après-midi pour cause de grève. Les médecins biologistes protestent contre une baisse des tarifs de 170 millions d'euros dans le budget de la Sécurité sociale. Pour le Docteur Henry-Pierre Doermann, président des laboratoires Novabio, cette grève se fait "la mort dans l'âme : mais ce sont des mesures économiques qui  présentent un risque pour la santé publique.

Le médecin biologiste énumère les conséquences de cette baisse des subventions : "Une augmentation des délais de rendus des résultats, une _disparition des sites de proximité_... Certains patients pourraient devoir parcourir jusqu'à une heure de voiture pour aller dans un laboratoire. On pourra aussi embaucher moins de praticiens : tout cela se fait au détriment des patients", détaille le Docteur Doermann.

Cette affiche est apposée à l'entrée du laboratoire pour avertir les patients du mouvement de grève - Radio France
Cette affiche est apposée à l'entrée du laboratoire pour avertir les patients du mouvement de grève © Radio France - Jeanne Daucé

Vers une grève en continu des laboratoires ?

En attendant un retour à la normale, les patients ont une feuille de route simple à suivre : "Soit l'examen n'est pas urgent : dans ces cas-là, on est ouverts le matin. Mais s'il y a besoin d'une analyse en urgence, il faut aller aux urgences de l'hôpital." 500 000 patients viennent dans un laboratoire d'analyses médicales tous les jours, selon le Docteur Doermann.

Une réunion est prévue le 1er octobre entre la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) et les syndicats de biologistes. Après ce rendez-vous, les médecins décideront des suites du mouvement, avec peut-être des fermetures de laboratoires toute la journée s'ils ne s'estiment pas entendus.

Choix de la station

France Bleu