Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

En Drôme-Ardèche, votre pharmacien vous aide à bien prendre vos médicaments

lundi 24 septembre 2018 à 2:28 Par Suzanne Shojaei, France Bleu Drôme Ardèche

Rien que dans la Drôme, une personne sur dix prend au moins cinq médicaments par jour. Alors pour bien suivre les patients, la Caisse primaire d'Assurance maladie (CPAM) lance un nouveau dispositif : le bilan de médication.

D'ici quelques semaines, les flyers d'information devraient être envoyés aux patients.
D'ici quelques semaines, les flyers d'information devraient être envoyés aux patients. © Radio France - Suzanne Shojaei

Drôme, France

C'est toujours bon de le rappeler : il ne faut pas faire n'importe quoi avec les médicaments ! Chaque traitement peut être efficace, mais "si c'est mal utilisé, ça peut être dangereux", prévient Gilles Bonnefond, le président de l'Union des syndicats de pharmaciens d'officine. Comme de nombreux professionnels de santé, il remarque que certains patients ne prennent pas leurs traitements correctement. "Ils disent qu'ils le prennent un jour sur deux, ou en plus petite quantité." Les raisons sont multiples ; un traitement peut être inadapté, un comprimé trop gros à avaler, des oublis trop fréquents, ou des effets secondaires difficilement supportables. 

"Nous avons aussi des problèmes d'ordonnances multiples", poursuit Karim Tabet, médecin généraliste et représentant de la Commission paritaire des médecins de la Drôme. Régulièrement, il reçoit des patients qui ont plusieurs ordonnances, sans qu'ils en aient averti leur médecin

"Certains patients ne prennent pas leurs traitements correctement"

"Par exemple, votre médecin vous prescrit des anticoagulants qui vont fluidifier votre sang. Puis vous allez voir un rhumatologue, qui ne sait pas que vous êtes sous anticoagulants, et qui vous prescrit des anti-inflammatoires. Le problème, c'est que ces deux médicaments sont incompatibles et vont augmenter le risque hémorragique." 

Enfin, certains patients se procurent des médicaments eux-mêmes, en automédication (le sirop pour la gorge, les huiles essentielles contre les rhumes, les comprimés contre les maux de tête, etc). "Est-ce que tous ces médicaments et produits vont bien ensemble ? Ou est-ce que ça présente des risques ?", détaille Gilles Bonnefond. C'est donc pour répondre à ces problématiques que la CPAM a lancé ce dispositif. 

Que faire pour être aidé par son pharmacien ?

Si vous avez plus de 65 ans et que vous prenez au moins cinq médicaments par jour, vous pouvez vous rendre dans n'importe quelle pharmacie pour demander un rendez-vous. Vous serez reçu dans un lieu fermé, pour un entretien privé. Et ce sera l'occasion de tout mettre sur la table. "Le pharmacien vous rappellera également pourquoi votre traitement est important, pour quels médicaments il est essentiel de respecter l'ordonnance, et quelles associations de produits il ne faut pas faire."

Ensuite, le pharmacien rédigera un bilan, qu'il enverra par voie numérique à votre médecin traitant. Si besoin, il pourra ajouter des recommandations. Le médecin reste libre de les suivre ou non, de proposer ou non ces modifications au patient.

Ce dispositif est gratuit, entièrement pris en charge par l'assurance maladie. Et il a un autre avantage, selon le médecin Karim Tabet. "Il permettra de diminuer le gaspillage, au lieu d'entasser dans les placards des boîtes de médicaments que les gens ne prennent pas !"