Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

EN IMAGES - Dans les coulisses du stockage des vaccins anti-Covid à l'hôpital d'Aulnay-sous-Bois

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Dans cette crise du Covid-19, l'hôpital d'Aulnay-sous-Bois a été désigné, au début du mois, pour stocker et livrer tous les vaccins Pfizer-BioNTech aux établissements de santé de la Seine-Saint-Denis. Une mission qui nécessite une importante logistique.

Dans les coulisses du stockage des vaccins anti-Covid à l'hôpital d'Aulnay-sous-Bois
Dans les coulisses du stockage des vaccins anti-Covid à l'hôpital d'Aulnay-sous-Bois © Radio France - Hajera Mohammad

"C'est un travail faramineux", avoue Bernadette Coret-Houbart, responsable de la pharmacie de l'hôpital intercommunal Robert Ballanger d'Aulnay-sous-Bois."On est deux pharmaciennes à ne faire que ça depuis deux semaines", explique-t-elle. "Ça" c'est la grande responsabilité qui a été confiée à l'établissement de stocker et livrer les vaccins Pfizer-BioNTech anti Covid-19 dans tous les établissements de santé, publics et privés, du département de la Seine-Saint-Denis.

Une nouvelle livraison de 4.875 vaccins

Après avoir reçu, une première dose de 4.875 vaccins (soit plus de 24.000 doses à administrer), une nouvelle livraison est arrivée ce mercredi matin. Toujours autant de flacons et les mêmes précautions à prendre pour Vinnarisi et Julie, les deux préparatrices en pharmacie, étudiantes, chargées de déballer le gros carton envoyé par Santé Publique France. Pour ne pas se brûler avec la glace carbonique, elles doivent se munir d'épais gants.

Nouvelle livraison de 4.875 vaccins Pfizer anti-covid à l'hôpital d'Aulnay-sous-Bois
Nouvelle livraison de 4.875 vaccins Pfizer anti-covid à l'hôpital d'Aulnay-sous-Bois © Radio France - Hajera Mohammad
Nouvelle livraison de 4.875 vaccins Pfizer anti Covid à l'hôpital d'Aulnay-sous-Bois
Nouvelle livraison de 4.875 vaccins Pfizer anti Covid à l'hôpital d'Aulnay-sous-Bois © Radio France - Hajera Mohammad

Un "super congélo" sous surveillance

Ensuite, ces vaccins sont déposés dans le "super-congélateur" qui permet de les conserver à -80 degrés. "On va vérifier sur différents cycles que le congélateur est bien à - 80 en posant des sondes et grâce à un logiciel", explique David Le Costovec, cadre de santé au laboratoire de biologie médicale et chargé de la mission "vaccination" au CHI d'Aulnay.

Le "super congélateur" qui permet de conserver les vaccins Pfizer anti Covid à - 80 degrés à l'hôpital d'Aulnay-sous-Bois
Le "super congélateur" qui permet de conserver les vaccins Pfizer anti Covid à - 80 degrés à l'hôpital d'Aulnay-sous-Bois © Radio France - Hajera Mohammad

Un "super congélateur" sous surveillance

"On a été obligé d'installer une caméra qui le filme en permanence, il est fermé à clé et la clé se trouve dans une armoire qu'on ouvre avec nos empreintes digitales... On demande aussi aux établissements qui passent commande de nous dire qui va venir, si c'est quelqu'un de l'établissement ou un prestataire", précise Bernadette Coret-Houbart. Une précaution nécessaire pour éviter que les vaccins "aillent n'importe où et soient potentiellement détournés"

"Une caméra filme en permanence le congélateur" - Bernadette Coret-Houbart, cheffe de la pharmacie de l'hôpital d'Aulnay-sous-Bois

Des commandes par mail ou téléphone

Les demandes se font directement par courriel ou téléphone auprès de la pharmacie de l'hôpital. Les établissements qui passent commande doivent le faire avant midi pour espérer recevoir leur colis le lendemain. Et il faut remplir soigneusement un bon de commande pour assurer la traçabilité du début à la fin de l'acheminement. 

Ce mercredi, six établissements de santé ont passé commande, dont l'hôpital du Vert-Galant à Tremblay-en-France qui a demandé 48 doses. "Il n'y a pas de limites, mais on rappelle à chaque fois les règles : à savoir priorité aux personnels de soignant et aux + de 75 ans ensuite", souligne Bernadette Coret-Houbart. 

La pharmacienne est intransigeante sur le respect de la chaîne du froid pendant la livraison. À la charge des Ehpad, des cliniques et autres établissements d'envoyer un transporteur avec moyen réfrigéré ou un coursier "qui a une glacière ou un pain de glace dans un sac par exemple". Sinon, les vaccins restent à l'hôpital : pas question de prendre le risque d'en gâcher.

Des vaccins anti Covid stockés à l'hôpital d'Aulnay-sous-Bois prêts à être livrés
Des vaccins anti Covid stockés à l'hôpital d'Aulnay-sous-Bois prêts à être livrés © Radio France - Hajera Mohammad
Les établissements de santé doivent remplir un bon de commande  pour se faire livrer
Les établissements de santé doivent remplir un bon de commande pour se faire livrer © Radio France - Hajera Mohammad

Au niveau des stocks, la situation est rassurante, l'hôpital a livré environ 60% de ses stocks. Il en reste encore donc et pas de risque de pénurie, si tout le monde joue le jeu et respecte les règles sur les critères de population à vacciner en priorité, selon la pharmacienne en chef. Surtout, le vaccin Moderna commence à être distribué lui aussi en France (dans les régions de l'Est surtout, plus touchées par le virus) et il se conserve plus facilement et plus longtemps.

Dans les coulisses du stockage des vaccins anti-Covid à l'hôpital d'Aulnay-sous-Bois

"Un engouement pour la vaccination"

Pour Ahmed Karami, directeur de la maison médicale de garde, située sur le parking des urgences, il suffit de faire quelques mètres pour récupérer directement des vaccins. "Je me rends compte de la chance qu'on a avec cette proximité toute naturelle, c'est une grosse chance", alors que la demande dans sa structure est très forte. Le planning des rendez-vous pour les personnels soignants sont pleins, jusqu'à février, et certains patients, non prioritaires, réclament déjà leur dose. Le médecin avoue être "agréablement surpris" par "cet engouement". À partir du 18 janvier, les personnes de plus de 75 ans pourront se faire vacciner à leur tour.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess