Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences

En Indre-et-Loire, des centaines de personnels hospitaliers à nouveau dans la rue ce vendredi

-
Par , France Bleu Touraine

Entre 400 et 600 personnes ont encore une fois défilé à Tours ce vendredi matin pour défendre l'hôpital public. Plusieurs centaines l'ont aussi fait dans l'après-midi à Chinon.

A Tours, ce vendredi matin, les personnels hospitaliers se sont faits rejoindre par des opposants à la réforme des retraites
A Tours, ce vendredi matin, les personnels hospitaliers se sont faits rejoindre par des opposants à la réforme des retraites © Radio France - Annabelle Wanecque

Indre-et-Loire, France

Les personnels hospitaliers sont à nouveau sortis dans la rue ce vendredi, pour cette nouvelle journée de mobilisation en faveur de l'hôpital public. Les syndicats, ainsi que les collectifs Inter Urgences et Inter Hôpitaux, estiment toujours que les mesures annoncées à l'automne dernier ne répondent pas à leurs revendications. 

Entre 400 et 600 personnes ont ainsi défilé le matin dans les rues de Tours. Dans le cortège, beaucoup d'infirmiers et d'aides-soignants, qui se sont d'abord rassemblés devant l'ARS au Champ-Girault. Leurs représentants syndicaux (FO, Sud, Solidaires ou encore CGT) ont d'ailleurs refusé d'être reçus par des responsables de l'Agence régionale de santé, estimant que celle-ci n'avait rien de plus à leur dire, qu'elle n'avait pas les cartes en main au contraire de leur ministre Agnès Buzyn. Ce premier rassemblement a été rejoint un peu plus tard par d'autres manifestants contre la réforme des retraites. 

"On y arrive plus, on a pas le matériel pour, on a pas le personnel pour" - Une aide-soignante du CHU de Tours

Blouse blanche, et autocollant de son syndicat FO fixé à la poitrine, Alexandre Robert a été de toutes les manifestations du monde hospitalier. Cet aide soignant de Chinon ne peut même pas les compter. "Il faudrait que je fasse un trait sur ma blouse à chaque manif que je fais ! Mais ça fait trop en tout cas, trop". Trop de récits racontés à qui veut les entendre, comme celui de cette autre aide-soignante du CHU de Tours. "Expliquez-moi pourquoi un maçon n'a plus le droit de porter au-delà de 15 kilos et qu'une soignante, seule, doit porter au delà de 85 kilos ? Physiquement on est pas plus fort qu'un maçon et on y arrive plus, on a pas le matériel pour, on a pas le personnel pour"

Katia est aussi aide-soignante à Tours, dans le service de cancérologie. Elle regrette de n'avoir même plus le temps de discuter avec ses patients. "Quand vous avez un patient en larmes, et que vous vous dites j'ai pas beaucoup de temps pour aller le réconforter, c'est pas possible, on peut plus travailler comme ça". 

"Il n'y a plus personne pour venir travailler à l'hôpital" - Anita Garnier, déléguée SUD Santé au CHU de Tours

Et le risque pour Anita Garnier, infirmière aux urgences de Trousseau, et déléguée SUD Santé, c'est que l'hôpital ne donne plus envie. "Il y en a beaucoup qui démissionnent, qui n'en peuvent plus des conditions de travail. Le vivier est vide, voilà la grande phase de la direction. Il n'y a plus personne pour venir travailler à l'hôpital. C'est la faute de cette politique là". 

Dans le cortège, personne ne s'estime entendu malgré toutes ces manifestations. Mais cette aide-soignante résume. "Si on lâche maintenant, ça veut dire qu'on accepte ce qu'on nous fait subir, et ça c'est hors de question".

Ce vendredi après-midi par ailleurs, les personnels hospitaliers s'étaient donnés rendez vous à Chinon. Près de 400 manifestants ont défilé dans les rues selon les syndicats, du jamais vu pour FO, à nouveau "contre la casse de l'hôpital public".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu