Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En Meurthe-et-Moselle, le retour des premières injections de vaccin est un "soulagement"

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Après un arrêt de près d'un mois, les premières injections de vaccin contre le coronavirus ont repris ce lundi dans le département. Il s'agit de rendez-vous qui avaient été déprogrammés fin janvier. Ces rendez-vous concernent les personnes de plus de 75 ans ou atteintes de comorbidités.

Au centre Jean Prouvé, à Nancy, 150 primo-injections sont prévues cette semaine
Au centre Jean Prouvé, à Nancy, 150 primo-injections sont prévues cette semaine © Radio France - Arnaud Roszak

"Je commençais à baisser les bras. J'étais contente lorsque j'ai été rappelée la semaine dernière, parce que je déséspérais !" Devant l'entrée du centre Jean Prouvé, à Nancy, Marie-Claire presse le pas. L'attente a été longue pour cette nancéenne de 81 ans : elle devait recevoir sa première dose de vaccin à la fin du mois de janvier. Mais faute de doses suffisantes, elle n'avait pas pu se faire vacciner. En tout cette semaine, 3000 premières injections sont prévues dans le département, uniquement des rendez-vous déprogrammés.

Les rappels de vaccin continuent d'être prodigués

Dans la salle d'attente, Daniel aussi est rassuré, pour sa femme. Atteinte d'un cancer, elle fait donc partie des publics prioritaires : "Elle devait se faire vacciner le 26 janvier, puis elle a été déprogrammée. Elle consultait régulièrement ses mails pour voir s'il y avait du nouveau... Pour ma femme, c'est un vrai soulagement." Sur place, les professionnels de santé aussi sont soulagés. "Cela fait plaisir de pouvoir à nouveau servir la population", confie Anne-Laure Gilet, la coordinatrice de la CPTS (Communauté professionnelle territoriale de santé) de la métropole nancéenne. 

Attendre un mois avant le rappel

Au centre Jean Prouvé et partout ailleurs dans le département, seules les secondes injections étaient maintenues depuis la fin janvier. "On sentait que les gens s'inquiétaient. Le plus dur, c'est que l'on n'avait pas de date précise à communiquer, explique Charline Authelet, infirmière libérale rattachée au centre Jean Prouvé. Les gens ont envie de se faire vacciner, de pouvoir à nouveau voir leurs proches..." Bernard, 75 ans, a enfin reçu sa première dose, mais il reste prudent : "Il faut conserver les gestes barrières, car on peut tout de même être porteur et transmettre le virus. Mais voilà une première étape de faite ! (rires)" Et pour le rappel, il faudra revenir dans un mois. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess