Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En mission dans le désert américain, six étudiants toulousains simulent la vie sur Mars

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu
Toulouse, France

Six garçons de l’Isae-supaero partent ce vendredi pour les Etats-Unis. Pendant quinze jours, ils vont s’enfermer dans une capsule, ils ne sortiront qu’en scaphandre. L’objectif : réaliser des expériences utiles pour de futures missions.

Image de la mission de l'année 2015
Image de la mission de l'année 2015 - ISAE-SUPAERO

La planète Mars est à 400 millions de km de la Terre. Les six étudiants iront un peu moins loin, à 8000 km de Toulouse, direction le désert américain de l’Utah. Là-bas, ils seront le premier équipage uniquement composé d’étudiants toulousains de l’Institut supérieur de l’aéronautique et de l’espace (ISAE-SUPAERO).

Deux semaines pour simuler la vie martienne

Pour cette mission "MDRS164" ils seront enfermés pendant quinze jours dans une capsule – la base – de 8m de diamètre. A l’intérieur, couchettes superposées, nourriture lyophilisée, eau rationnée. Des conditions drastiques, dignes d’une potentielle station installée sur la planète rouge.

Louis Maller, 20 ans, membre de l'équipage

Les six garçons sélectionnés, étudiants et anciens étudiants, ont dû répondre à certaines conditions, physiques et psychologiques.

"J’ai fait valoir mon expérience du chemin de Saint Jacques de Compostelle, 300 km à pied, dans le désert et des couchages très sommaires." — Louis Maller, membre de l’équipage

Mais ce qui compte aussi beaucoup c’est la motivation, le mental. Car les étudiants ont une vraie mission à accomplir, ils doivent réaliser des expériences qui seront utiles à de futures explorations. Louis par exemple, doit mettre à l’épreuve les lunettes à réalité augmentée. A trois jours du départ, il ne les quitte plus et doit faire des réglages importants pour pouvoir s’en servir aux Etats-Unis, dans les conditions d’un astronaute. 

Les autres membres seront notamment testés sur le nombre de clignement de leurs paupières, pour évaluer leur capacité de concentration, ils effectueront aussi des expériences à l’extérieur, profitant de la géologie du désert de l’Utah, similaire à celle de la terre. 

Des expériences utiles pour l’avenir

Les scientifiques vont régulièrement dans ce désert pour simuler les conditions de la vie martienne, car pour l’instant l’envoi d’humain sur la planète rouge est impossible. Les contraintes techniques sont encore importantes, et le voyage n’est pas sûr.

"Il faudrait 6 mois pour faire l’aller, 6 mois sur place et 6 mois pour le retour." — Stéphanie Lizy-Destrez, enseignant chercheur en conception des systèmes spatiaux

Stéphanie Lizy-Destrez, professeur de l’Isae-supaero, est le référent des étudiants sur ce projet, elle ne part pas avec eux mais attend beaucoup de leur retour. À ce moment-là, ils pourront analyser les données rapportées qui pourront servir aux autres chercheurs et même, inspirer de nouveaux thèmes de mémoires. Notamment sur l’aménagement de l’habitat dans l’espace, la spécialité de l’enseignante.

*La vie sur Mars n’est pas pour demain, __*mais peut-être pour 2030. En effet, la NASA a dévoilé son futur plan de vol pour les premiers humains en direction de la planète Mars, un rêve peut-être bientôt devenu réalité.

Lola Fourmy a rencontré un membre de l'équipage sur le départ

**Pour suivre les aventures de nos étudiants toulousains, c'est par ici  :

*_ Sur Facebook ** Sur Twitter_ __*

Une partie de l'équipage du MDRS 2016
Une partie de l'équipage du MDRS 2016 - ISAE-Supaero
Choix de la station

À venir dansDanssecondess