Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En Normandie, l'organisation des centres de vaccination contre le covid-19 devrait être modifiée cet été

L'Agence Régionale de Santé de Normandie est en train d'étudier l'organisation des centres de vaccination pour cet été. Certains centres pourraient par exemple être délocalisés quelques jours près des lieux de vacances.

Le docteur Jean-Philippe Leroy, référent vaccination pour l'ARS en Normandie, médecin au CHU de Rouen.
Le docteur Jean-Philippe Leroy, référent vaccination pour l'ARS en Normandie, médecin au CHU de Rouen. © Radio France - Charlotte Coutard

La vaccination contre le covid 19 est désormais ouverte à tous les adultes depuis ce lundi matin. Toutes les personnes de plus de 18 ans peuvent prendre rendez-vous, sans restriction, sans critère, sur Internet. Un million de doses de vaccin vont être disponibles au mois de juin en Normandie. Et pour l'été ? Les moyens sont en train d'être organisés explique Jean-Philippe Leroy, médecin au CHU de Rouen, référent auprès de l'ARS Normandie pour la vaccination.

Il est aussi envisagé d'avoir des centres de vaccinations proches de lieux de villégiature, proches de lieux de vacances y compris en Normandie

"L'été va peut-être se dérouler avec un peu moins de doses, il y aura aussi peut-être un peu moins de médecins, d'infirmiers, néanmoins on espère maintenir ouverts tous les centres de vaccination. Il y aura assez de bras, même s'il est certain qu'il faudra adapter le calendrier, d'abord à la disponibilité des doses, et des professionnels de santé. Mais la large ouverture faite pour les qualifications de vaccinateurs [pompiers et vétérinaires notamment, ndlr], va permettre une activité qui va se poursuivre. Peut-être un peu moins intense, peut-être un peu délocalisée puisqu'il est aussi envisagé d'avoir des endroits proches de lieux de villégiature, proches de lieux de vacances y compris en Normandie, donc de changer un peu certains centres, de délocaliser certains centres pendant quelques heures, quelques jours par exemple".

Jean-Philippe Leroy, médecin au CHU de Rouen, référent auprès de l'ARS Normandie

La vaccination bientôt étendue aux enfants ?

"Une de nos craintes c'est d'arriver à un plafond d'acceptation de la vaccination. On voit aujourd'hui chez les 75 ans qu'on atteint déjà à peu près 80% de la population, pour les 50-75 ans, on n'est pas non plus très loin de ce chiffre, et on peine à dépasser ce chiffre. Ce qui pourtant serait nécessaire pour éviter d'avoir encore des cas de covid dans ces populations. On risque de ne pas atteindre l'immunité collective", poursuit Jean-Philippe Leroy.

"Il faut envisager de faire la vaccination des enfants, ce qui est en ligne de mire, parce que ça permettrait d'abaisser le seuil d'immunité collective. La question est de savoir si on aura assez de doses pour vacciner les 16-20 ans, les 12-20 ans ou les 12-18 ans".

Un peu plus de 18% des Normands sont complètement vaccinés, 39 % ont reçus une première dose. En France, le nombre de personne en réanimation est passée sous la barre des 3.000 malades du covid-19.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess