Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

En Occitanie, la vaccination contre la grippe par les pharmaciens démarre très bien

lundi 12 novembre 2018 à 5:01 Par Clémentine Vergnaud, France Bleu Occitanie

Depuis le 6 octobre, les pharmaciens d'Occitanie peuvent vacciner les patients contre la grippe. Le dispositif fonctionne plutôt bien puisque 25% des délivrances de vaccins donnent lieu à une injection en pharmacie et 62% des officines participent à l'expérimentation.

Un pharmacien vaccine un patient contre la grippe. (Image d'illustration)
Un pharmacien vaccine un patient contre la grippe. (Image d'illustration) © Maxppp - Norbert Falco

Occitanie, France

Depuis le 6 octobre 2018, les pharmaciens d'Occitanie peuvent vacciner contre la grippe. Le dispositif, testé l'hiver dernier en Auvergne-Rhône-Alpes, est étendu cette année à trois autres régions tests : l'Occitanie, les Hauts-de-France et la Nouvelle Aquitaine. Dans la région, 3.100 pharmacies sur 5.000 ont reçu l'habilitation pour réaliser ces injections, soit 62% des officines. Durant le premier mois de test, 60.000 injections ont été réalisées par des pharmaciens, soit 25% des délivrances de vaccins. Cela concerne surtout des habitants de milieu urbain. 

Un système plus court et plus rapide

Si cette vaccination par le pharmacien séduit, c'est avant tout parce qu'elle est pratique : "Ma mère vit dans le Tarn et c'est son pharmacien qui l'a vaccinée", explique Florence, qui sort d'une pharmacie de la métropole toulousaine. "Ça lui a évité l'attente chez le médecin, c'était beaucoup plus rapide !" Florence n'est pas la seule à apprécier la simplicité de ce système. "Les patients sont ravis d'avoir un système beaucoup plus court pour l'approvisionnement et l'injection. Ça leur permet de ne pas repasser par chez le médecin ou l'infirmière", explique Valérie Rocher, pharmacienne assistante à la pharmacie du Prat de Colomiers (Haute-Garonne). En un mois, l'officine a déjà vacciné 70 personnes dans le local aménagé.

Cet aspect pratique vise notamment à convaincre les gens de se faire vacciner. Et l'argument fonctionne : "On a un certain engouement des primo-vaccinants, c'est-à-dire les personnes qui n'ont jamais été vaccinées, parce que ça leur évite d'aller chez le médecin" si elles reçoivent directement un bon de prise en charge, explique Jean-Marie Guillermin, le président du conseil régional de l'Ordre des pharmaciens de Midi-Pyrénées.

Ça nous donne une autre mission et une proximité avec nos patients

Au delà des avantages pour les patients, cette vaccination permet aussi aux pharmaciens de se replacer au cœur du système de santé. C'est donc pour ça que Chantal Raynal et son équipe ont sauté sur les formations proposées : "Ça nous donne une autre mission et une proximité avec nos patients", explique-t-elle. La pharmacienne assure que cette vaccination en officine suscite "beaucoup de demande, d'interrogations et de questions sur les conséquences et les avantages de la vaccination". Pour l'instant, la majorité des injections concernent des patients qui ont reçu un bon de prise en charge et qui ont donc juste à se présenter en pharmacie. A terme, l'objectif à terme est de toucher ceux qui ne se vaccinent et ne reçoivent pas de bon pas en simplifiant encore la procédure pour augmenter la couverture vaccinale.