Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ce que le confinement nous apprend sur la pollution de l'air en Occitanie

-
Par , France Bleu Occitanie

Le confinement a permis à Atmo Occitanie, organe qui mesure la pollution de l'air dans la région, de détecter une baisse sensible du taux de dioxyde d'azote, mais pas celui des particules fines.

Toulouse est la 3e ville de France qui connait le plus de ralentissements routiers par an
Toulouse est la 3e ville de France qui connait le plus de ralentissements routiers par an © Maxppp - Michel Viala

L'air que nous respirons en 2020 est de meilleure qualité que les années précédentes. C'est l'un des rares points positifs de cette crise sanitaire et économique causée par la Covid-19. Le dioxyde d'azote a notamment chuté de manière spectaculaire depuis mars.

Le dioxyde d'azote chute

Le dioxyde d'azote en forte baisse en Occitanie pendant le confinement.
Le dioxyde d'azote en forte baisse en Occitanie pendant le confinement. - Atmo

C'est à Toulouse que la chute du dioxyde d'azote est la plus importante : -57%. Le dioxyde d'azote est un polluant causé par le chauffage individuel, mais aussi par le trafic routier. 

"Nous n'avions jamais observé des concentrations aussi basses, explique Dominique Tilak, la directrice d'Atmo Occitanie. Et quatre mois après le déconfinement, on voit que l'on reste sur des semaines moyennes où la concentration de dioxyde d'azote est inférieure à ce que l'on observait précédemment."

Le taux de dioxyde d'azote à Toulouse, avant, pendant et après le confinement
Le taux de dioxyde d'azote à Toulouse, avant, pendant et après le confinement - Atmo

Cependant comme on peut l'observer (ci-dessus), le taux de dioxyde d'azote mesuré lors du déconfinement dépasse certains jours de nouveau les courbes des années précédentes. Pour maintenir la courbe basse, il faut "faire du vélo, continuer à marcher à pied, privilégier des véhicules non polluants", affirme la directrice d'Atmo Occitanie.

Des départements "bons élèves" 

Car c'est le trafic qui est le principal responsable de la pollution de l'air, représentée par le dioxyde d'azote, l'ozone et les particules fines. Un fait particulièrement important quand on sait que Toulouse est sur le podium des villes les plus embouteillées de France.

Même si le taux de ces dernières n'a pas baissé pendant la pause forcée liée à la crise sanitaire. À cause d'autres sources émettrices de particules fines explique Dominique Tilak : "Nous avons des poussières de désert qu'on a pu observer, mais aussi des particules secondaires qui sont de la formation de particules provenant de sulfates et nitrates d'ammonium que l'on épand en tant que fertilisants, qui ont pu être observés à la fin du mois de mars, avril."

Les conditions météorologiques ont aussi pu jouer un rôle dans la mesure (compliquée) des particules fines en Occitanie.

Enfin pour ce qui est de la pollution de l'air à Toulouse, concernant l'ozone, Atmo Occitanie a relevé "des taux 2020 très inférieurs à la normale".

Dans d'autres départements, les écarts des courbes de pollution avant, pendant et après le confinement, sont plus ténues. Tout simplement parce que la pollution au dioxyde d'azote, l'ozone et les particules fines y est moins présente. Comme en Ariège ou dans le Lot. Les deux seuls départements d'Occitanie qui n'ont connu aucun épisode de pollution depuis 2017.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess