Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

En Touraine, 30 à 40% des défibrillateurs ne sont pas en état de marche

lundi 24 septembre 2018 à 7:57 Par Annabelle Wanecque, France Bleu Touraine

Information pour le moins surprenante en cette Semaine du coeur qui débute ce lundi, 30 à 40% des défibrillateurs ne sont pas opérationnels, faute d'entretien. C'est le cas en Indre-et-Loire selon le directeur de l'association Aqua Life Saving.

30 à 40% des défibrillateurs ne sont pas en état de marche en France
30 à 40% des défibrillateurs ne sont pas en état de marche en France © Maxppp - Maxppp

Indre-et-Loire, France

On nous répète souvent qu'un défribrillateur peut sauver une vie en cas d'arrêt cardiaque, mais encore faut-il que le défibrillateur en question soit opérationnel ! 30 à 40% d'entre eux ne le sont pas en effet, par manque d'entretien. Sans un défibrillateur opérationnel pourtant, les chances de survie d'une personne en arrêt cardiaque passe de 36% à 5%. L'information surprend donc, alors que débute ce lundi la Semaine du coeur en Touraine.

Rien n'oblige les responsables à entretenir les défibrillateurs

"Des défibrillateurs ne sont plus opérationnels, car leur batterie ou leurs électrodes sont périmées" explique Frédéric Vétillard, le directeur de l'association Aqua Life Saving en Indre-et-Loire. "Rien n'oblige un maire ou un directeur d'entreprise à faire l'entretien ou la maintenance de ces défibrillateurs. Il y a des entreprises qui le proposent mais ça a un coût et il n'y a pas d'obligation de le faire. C'est la problématique d'avoir des défibrillateurs en nombre sur le territoire, mais qui ne sont pas entretenus comme il faut pour qu'ils soient opérationnels". Il y a 140 000 défibrillateurs en France, 233 en Indre-et-Loire.

En plus, ces défibrillateurs sont sous-utilisés, déplore le professeur Denis Engoulvant, le responsable des soins intensifs et des urgences cardiaques à l'hôpital Trousseau. "Dans un peu moins de 10% des cas, les témoins d'un arrêt cardiaque vont chercher un défibrillateur pour l'utiliser. C'est dommage car quand une personne est formée à la réanimation, qu'elle commence un massage cardiaque et utilise un défibrillateur, on a 36% de survie à un mois. A l'inverse, c'est 5%. Une personne sur 20 va survivre, contre une sur 3".

Jusqu'à ce mercredi, médecins, soignants et bénévoles vous attendent pour en parler dans le hall de l'hôpital Bretonneau de 10h à 17h. En France, les maladies cardiovasculaires font 400 morts par jour, elles affectent quotidiennement plus de 2 millions de personnes. 

Par ailleurs il y a une application très utile qui s'appelle "Le bon samaritain". Celle-ci géolocalise les personnes qui sont formées aux premiers secours, ce qui permet donc de les solliciter si elles sont plus proches d'une personne en arrêt cardiaque que le SAMU.