Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences

En Touraine, 30 à 40% des défibrillateurs ne sont pas en état de marche

-
Par , France Bleu Touraine

Information pour le moins surprenante en cette Semaine du coeur qui débute ce lundi, 30 à 40% des défibrillateurs ne sont pas opérationnels, faute d'entretien. C'est le cas en Indre-et-Loire selon le directeur de l'association Aqua Life Saving.

30 à 40% des défibrillateurs ne sont pas en état de marche en France
30 à 40% des défibrillateurs ne sont pas en état de marche en France © Maxppp - Maxppp

Indre-et-Loire, France

On nous répète souvent qu'un défribrillateur peut sauver une vie en cas d'arrêt cardiaque, mais encore faut-il que le défibrillateur en question soit opérationnel ! 30 à 40% d'entre eux ne le sont pas en effet, par manque d'entretien. Sans un défibrillateur opérationnel pourtant, les chances de survie d'une personne en arrêt cardiaque passe de 36% à 5%. L'information surprend donc, alors que débute ce lundi la Semaine du coeur en Touraine.

Rien n'oblige les responsables à entretenir les défibrillateurs

"Des défibrillateurs ne sont plus opérationnels, car leur batterie ou leurs électrodes sont périmées" explique Frédéric Vétillard, le directeur de l'association Aqua Life Saving en Indre-et-Loire. "Rien n'oblige un maire ou un directeur d'entreprise à faire l'entretien ou la maintenance de ces défibrillateurs. Il y a des entreprises qui le proposent mais ça a un coût et il n'y a pas d'obligation de le faire. C'est la problématique d'avoir des défibrillateurs en nombre sur le territoire, mais qui ne sont pas entretenus comme il faut pour qu'ils soient opérationnels". Il y a 140 000 défibrillateurs en France, 233 en Indre-et-Loire.

En plus, ces défibrillateurs sont sous-utilisés, déplore le professeur Denis Engoulvant, le responsable des soins intensifs et des urgences cardiaques à l'hôpital Trousseau. "Dans un peu moins de 10% des cas, les témoins d'un arrêt cardiaque vont chercher un défibrillateur pour l'utiliser. C'est dommage car quand une personne est formée à la réanimation, qu'elle commence un massage cardiaque et utilise un défibrillateur, on a 36% de survie à un mois. A l'inverse, c'est 5%. Une personne sur 20 va survivre, contre une sur 3".

Jusqu'à ce mercredi, médecins, soignants et bénévoles vous attendent pour en parler dans le hall de l'hôpital Bretonneau de 10h à 17h. En France, les maladies cardiovasculaires font 400 morts par jour, elles affectent quotidiennement plus de 2 millions de personnes. 

Par ailleurs il y a une application très utile qui s'appelle "Le bon samaritain". Celle-ci géolocalise les personnes qui sont formées aux premiers secours, ce qui permet donc de les solliciter si elles sont plus proches d'une personne en arrêt cardiaque que le SAMU.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu