Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences

Épidémie d'Ebola : l'Organisation mondiale de la Santé en fait une "urgence" sanitaire mondiale

-
Par , France Bleu

L'OMS, l'Organisation mondiale de la Santé, a élevé ce mercredi l'épidémie d'Ebola au rang d'"urgence" sanitaire mondiale. Elle a fait près de 1.700 morts depuis l'été dernier en République démocratique du Congo. C'est seulement la cinquième fois que cette procédure est activée en dix ans.

Ebola a fait 1.700 morts en République démocratique du Congo.
Ebola a fait 1.700 morts en République démocratique du Congo. © Maxppp - STRINGER

Un cas diagnostiqué à Goma, grande ville de l'est de la République démocratique du Congo qui abrite un à deux millions d'habitants, a provoqué un électrochoc. L'Organisation mondiale de la Santé a décidé, mercredi, d'élever l'épidémie d'Ebola au rang d'"urgence" sanitaire mondiale. Le virus a déjà tué près de 1.700 personnes dans le pays africain depuis le 1er août 2018. Jusqu'ici, l'épicentre se trouvait plus au nord de la RDC.

L'OMS a constaté une augmentation du nombre de cas (80 nouveaux cas signalés chaque semaine), notamment à cause de mouvements de population, "de moyens de prévention et de lutte contre l'infection médiocres". 75 millions de tests de dépistage ont été réalisés depuis le début de la crise sanitaire.

Le directeur de l'OMS demande désormais à la communauté internationale de "redoubler d'efforts". Une "action internationale immédiate" est nécessaire.

"Nous avons besoin de travailler ensemble avec la RDC pour en finir avec cette épidémie et construire un meilleur système de santé." - Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l'OMS

Une mesure exceptionnelle

L'OMS n'avait jusqu'ici décrété cette "urgence" sanitaire mondiale que quatre fois en dix ans : en 2009 pour la grippe H1N1, en 2014 pour la poliomyélite, en 2014 pour l'épidémie d'Ebola (plus de 11.300 morts à l'époque dans trois pays d'Afrique de l'Ouest) et en 2016 pour le virus Zika.

Pour l'Organisation mondiale de la Santé, la situation est "grave, soudaine, inhabituelle et inattendue", avec des conséquences sanitaires "au-delà des frontières nationales de l'État touché". Mais l'OMS ne souhaite pas voir les frontières de la RDC fermées, ni imposer des restrictions aux voyages. Elle ne considère pas non plus "nécessaire le dépistage à l'entrée dans les aéroports ou les autres ports d'entrée". 

Pour Médecins sans frontières, il est urgent de "changer de méthode" dans la lutte contre Ebola. Selon l'ONG, "une approche de plus grande envergure est indispensable pour la prévention de l'épidémie", avec notamment un meilleur accès à la vaccination.

Qu'est-ce le virus Ebola ? 

Le virus, porté par les chauves-souris, est responsable de fortes fièvres et d'hémorragies "souvent mortelles pour l'homme" rappelle l'Institut Pasteur, qui fixe "entre 30 et 90%" le taux de létalité. Ebola a été découvert en 1976 lors d'épidémies, notamment en République démocratique du Congo. Depuis, une vingtaine d'épidémies sont apparues sur le continent africain, dont une dizaine rien qu'en RDC. 

Le virus se propage entre les humains par contact direct avec le sang et des liquides biologiques (l'urine, la salive, le sperme), ou par contacts indirects avec des objets contaminés, comme une aiguille. Le risque de transmission est très important lorsque la maladie est installée. 

Il n’existe actuellement aucun traitement, ni vaccin homologués par les autorités de santé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu