Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats
Dossier : Coronavirus Covid-19

Épidémie de coronavirus : "La première vague est passée en Gironde"

-
Par , France Bleu Gironde

La première vague de l'épidémie de coronavirus est passée en Gironde, les chiffres sont très encourageants d'après les autorités sanitaires. Christine Castor est épidémiologiste à Santé Publique France à Bordeaux, elle répond à France Bleu Gironde.

Image d'illustration sur le Bassin d'Arcachon en mai 2020
Image d'illustration sur le Bassin d'Arcachon en mai 2020 © AFP - LAURENT PERPIGNA / HANS LUCAS

Peut-on dire que l’épidémie de coronavirus est derrière nous en Gironde ?

Christine Castor : Effectivement on peut dire que la première vague est passée dans tous les cas. Si l’on peut affirmer ça aujourd’hui c’est que l’ensemble des indicateurs que l’on suit quotidiennement ont atteint un niveau très bas. On a un taux d’incidence avec 1,5 cas pour 100.000 habitants en Gironde et ce taux au pic de l’épidémie était à 21 donc il a bien baissé. On fait partie des régions de France où le taux d’incidence, le nombre de nouveaux cas, est le plus faible.

Est-ce que le risque de 2e vague qu’on entend en ce moment est un risque sérieux ?

On imagine que cet été, comme on est une région assez touristique, il va y avoir certainement des regroupements. Il y aura donc des risques de survenue de ce qu’on appelle des clusters qui, s’ils ne sont pas maitrisés, peuvent donner une explosion de cas et faire repartir l’épidémie

Le virus est toujours là, on va devoir vivre avec

Le virus dans tous les cas il est toujours là, on va devoir vivre avec. Il faut donc qu’on reste très vigilants. 

Nous sommes là là aussi pour détecter précocement la survenue de cas. On surveille de très près, avec l’agence régionale de santé, la survenue de clusters. On essaye d’identifier rapidement les personnes qui sont suspectes de Covid, de tester les personnes, de les isoler et de rechercher leurs contacts. 

Cela veut dire qu’on est mieux préparés ?

On est beaucoup mieux préparés ! Franchement on a toutes les connaissances, ou au moins une grande partie et les outils. Au niveau des autorités sanitaires, des épidémiologistes, on a les moyens de mieux détecter la survenue de ces cas et de ces foyers qui pourraient exploser. On travaille avec l’agence régionale de santé qui elle va mettre en place des mesures de gestions dès la survenue d’un cas, même si ce n’est que suspect. Celui-ci doit être confirmé, ensuite il y a un rappel des mesures barrières, des isolements, des dépistages très élargis sont également mis en place.

Interview de Christine Castor, épidémiologiste à Santé Publique France à Bordeaux

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu