Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Saint-Lô, le laboratoire Actalia cherche les traces du coronavirus dans les eaux usées

Le centre d'expertise agroalimentaire, basé à Saint-Lô, est impliqué dans la lutte contre la Covid-19. Il analyse les eaux usées de quinze stations d'épuration en France, à la recherche du coronavirus, pour essayer d'anticiper les rebonds de l'épidémie.

Le laboratoire saint-lois Actalia analyse les eaux usées à la recherche de la Covid-19
Le laboratoire saint-lois Actalia analyse les eaux usées à la recherche de la Covid-19 © Radio France - Lucie THUILLET

La lutte contre la Covid, ce n'est pas son coeur de métier. Actalia, dont le siège est à Saint-Lô, est spécialisé dans la sécurité des aliments. C'est le laboratoire référent en France en matière de virologie alimentaire pour les professionnels.  Il travaille habituellement sur les virus, les bactéries, les parasites, véhiculés par les aliments. 

Mais depuis septembre 2020, Actalia fait partie du réseau Obépine, l'observatoire épidémiologique des eaux usées en France, créé au printemps 2020. Le laboratoire a commencé à s'y intéresser dès avril 2020 dans le bassin d'Arcachon "à travers la question du rejet potentiel de coronavirus dans les eaux pour les élevages d'huîtres". 

Une station d'épuration de la Manche sous surveillance

Le centre saint-lois analyse les eaux usées de 15 stations d'épuration - bientôt 20 - de l'Ouest de la France, deux fois par semaine. A partir du 15 février 2021, il suivra également une station d'épuration de la Manche, probablement de l'agglomération cherbourgeoise, et une station du Calvados.

Chaque jour, le laboratoire reçoit entre 5 et 10 échantillons d'eaux usées, y recherche le génome de la Covid-19 et en mesure la concentration. Un agent du laboratoire y travaille à temps plein.

Le laboratoire saint-lois Actalia s'occupe actuellement des analyses de 15 stations d'épuration en France.
Le laboratoire saint-lois Actalia s'occupe actuellement des analyses de 15 stations d'épuration en France. © Radio France - Lucie THUILLET

Un indicateur des rebonds de l'épidémie

Ces analyses permettent d'en savoir plus sur la circulation du virus dans la population. Mais surtout elles permettent de prédire et d'anticiper certains rebonds de l'épidémie, lorsque le virus circule peu. "C'est un indicateur prédictif qui permet d'anticiper sur le taux d'incidence", avec 7 à 10 jours d'avance, explique Nicolas Boudaud, responsable du service virologie chez Actalia.

En juin dernier, on a eu une augmentation de ce virus dans les eaux usées avant celle du taux d'incidence. 

Ces techniques d'analyse des eaux usées pourraient être utilisées, dans le futur, pour suivre d'autres éléments pathogènes et d'autres virus.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess