Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Episiotomie : à Poitiers un écart flagrant entre privé et public !

mercredi 31 janvier 2018 à 19:00 Par Baudouin Calenge, France Bleu Poitou

Dans une enquête publiée ce jeudi par le quotidien "Le Monde", on découvre des pratiques très différentes entre les maternités françaises concernant le recours à l'épisiotomie, cette incision du périnée censée faciliter l'expulsion du bébé.

plus de 3300 naissances ont eu lieu à Poitiers en 2016
plus de 3300 naissances ont eu lieu à Poitiers en 2016 © Maxppp - Anne-Sophie Bost

Poitiers, France

Longtemps utilisé très couramment dans les maternités, le recours à l'épisiotomie ne cesse de diminuer en France. C'est le cas en Nouvelle Aquitaine avec cependant à Poitiers des différences très marquées. Ainsi à la clinique du fief du Grimoire, 34% des femmes qui ont eu leur premier enfant en 2016, ont subi une épisiotomie. Trois fois plus qu'au CHU de Poitiers ou le taux est de 11% 

Une question de pratique 

Pour une des obstétricienne de la clinique poitevine, "dans un établissement privé, chaque médecin a ses propres pratiques et les met en œuvre en accord avec sa patientèle" . Au CHU de Poitiers on a fait le choix depuis des années d'harmoniser les pratiques des obstétriciens et des sages femmes avec la volonté de réduire le nombre d'épisiotomie explique en substance le responsable du pole mère enfants, le professeur Patrice Pierre. 

Une démarche de longue haleine qui n'ira sans doute pas au delà. En 2017, seules 9,5% des femmes qui ont eu leur premier enfant ont eu une épisiotomie.