Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Essai clinique "sauvage" sur des malades de Parkinson ou d'Alzheimer : le professeur Fourtillan a enseigné à Poitiers

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu

L'Agence du médicament a annoncé ce jeudi avoir interdit un essai clinique "sauvage" mené sur au moins 350 malades de Parkinson ou d'Alzheimer dans une abbaye près de Poitiers. Un essai illégal mené par le Pr Joyeux et par Jean-Bernard Fourtillan qui a toujours ses adresses à Poitiers.

Le Professeur Fourtillan et le Professeur Joyeux
Le Professeur Fourtillan et le Professeur Joyeux - Capture écran Youtube

Poitiers, France

On en sait plus sur ces essais cliniques "sauvages" réalisés sur des malades de Parkinson et d'Alzheimer à l'abbaye Sainte-Croix, près de Poitiers. L'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a dénoncé ces essais illégaux et pointé du doigt le Pr Joyeux et le Pr Fourtillan. Agnès Buzyn, ministre de la Santé, dénonce "un vrai scandale". Il faut dire que les 350 malades ont dû payer jusqu'à 1.000 euros pour participer à ces tests non autorisés. 

Mais qui est donc ce professeur Fourtillan ?

Toutes ses adresses à Poitiers

Si on sait à peu près qui est le très médiatique Pr Joyeux, on connaît un peu moins le Pr Fourtillan, qui a pourtant encore toutes ses adresses à Poitiers : son adresse personnelle mais aussi celle du Fonds Josefa, dont il est président au côté de son épouse Marianne, co-fondatrice, et du professeur Joyeux, vice-président. Mais ne cherchez pas le Professeur Fourtillan, il est injoignable depuis que le scandale a éclaté. De lui, on sait qu'il va régulièrement à l'église à Poitiers. C'est certainement comme ça qu'il en est venu à choisir l'abbaye Sainte Croix pour ses tests à Saint Benoît, sans pour autant prévenir les religieuses de ce qu'il y ferait.

Ancien prof à la fac de pharma de Poitiers

De lui, on sait aussi qu'il a fait ses études de médecine à Bordeaux et qu'il a enseigné comme professeur de pharmacocinétique à la fac de médecine et pharmacie de Poitiers. C'était entre 1972 et 2008. L'un des responsables de l'Ordre des pharmaciens de la Vienne a été son élève : "C'était un professeur brillant mais je ne sais pas ce qu'il est devenu", nous confie-t-il. Le doyen actuel de la fac de pharma de Poitiers en revanche ne l'a jamais croisé : "Quand je suis arrivé dans les années 2000, le professeur Fourtillan était déjà en disponibilité". 

Il monte un labo pharmaceutique et perd tout

Une longue disponibilité "d'au moins 10 ans" prise pour lui permettre de monter son laboratoire pharmaceutique. Il voulait produire ses médicaments antiseptiques sur la base de la molécule qu'il avait a priori découverte : la Valentonine du nom de sa fille. Après plusieurs années de recherche, à court d'argent, il fait une dépression dont il parle lui-même dans une vidéo. Il perd tout et revient enseigner un an à la fac de Poitiers avant de partir en retraite. Mais en 2014, il reprend ses recherches. Des recherches financées grâce au Fonds Josefa, et grâce au soutien du professeur Joyeux. 

Choix de la station

France Bleu