Santé – Sciences

Essais cliniques: le centre Eurofins Optimed de Gières teste une cinquantaine de molécules par an

Par Lionel Cariou, France Bleu Isère jeudi 21 janvier 2016 à 6:22

© Radio France - Lionel Cariou

Des centres de recherche comme celui-ci, où l'on réalise des tests sur des sujets en bonne santé, il en existe une dizaine en France. Depuis l'accident de Rennes, les équipes médicales tentent d'informer au mieux ceux que l'on appelle "les volontaires".

Des centres de recherche comme celui-ci, où l'on réalise des tests sur des sujets en bonne santé, il en existe une dizaine en France. Depuis l'accident de Rennes, les équipes médicales tentent d'informer au mieux ceux que l'on appelle "les volontaires", mais ce n'est pas simple car les causes ne sont pas encore connues. Par ailleurs, selon le président d'Eurofins Optimed, le docteur Yves Donazzolo, le principe même de ces essais n'est pas remis en cause. Ici, on l'affirme: la sécurité est la première des préoccupations.

Yves Donazzolo travaille dans le secteur des essais cliniques depuis 25 ans - Radio France
Yves Donazzolo travaille dans le secteur des essais cliniques depuis 25 ans © Radio France - Lionel Cariou

Le reprotage au centre de recherche Eurofins Optimed de Gières

Le centre Eurofins Optimed teste une cinquantaine de médicaments et de protocoles par an pour le compte de laboratoires privés ou pour la recherche publique. Les volontaires touchent une indemnité d'environ 150 euros par jour d'hospitalisation et le montant annuel est plafonné par la loi à 4 500 euros par personne. Ces volontaires (plusieurs milliers) mettent en avant plusieurs motivations: l'argent, les progrès de la science, mais aussi l'assurance de bénéficier d'un suivi médical poussé. En 25 ans de carrière, le docteur Donazzolo assure n'avoir jamais constaté d'incidents graves tout au plus des effets secondaires classiques (maux de tête, vomissements).